Je pense à cette dame qui vient de nous quitter....

Cette jeune femme autoritaire qui me faisait si peur mais qui m'a tant appris. Le travail bien fait, la discipline personnelle (je n'en ai aucune), les belles choses, l'économie, la famille, l'amour des autres....De son grand lit rose où je me suis réfugiée quand j'ai eu des ennuis. Ce grand lit bateau avait appartenu à sa mère, ma grand-mère ou petite, elle me racontait des histoires, et mon grand-père nous apportait le petit déjeuner au lit sur un beau plateau. Ce grand lit rose plein de souvenirs a été mon havre pendant un hiver difficile.

Chez elle la porte était toujours ouverte. Le telephone n'avait pas de répondeur, c'était elle qui répondait.

Mais surtout je me souviens d'un après-midi d'hiver à Vichy nous étions seules elle me mit la 6ème symphonie de Beethove. Écoute l'orage, l'oiseau qui gazouille, le ruisseau qui chante, le vent dans la harpe.....

Elle a retrouvé ses parents, son frère et peut-etre aussi du calme.

Moi, j'ai la symphonie de Beethove.