[Elle] ne serait pas située sous quelque rive orientale, inondée de soleil et de vives couleurs. Je la placerais sur le rivage de l'océan, son jardin serait en pente douce vers la mer. De ma fenêtre, je découvrirais quelques bois de sapins. De la grille du jardin, on parviendrait à la maison par une allée sablée, soigneusement entretenue et bordée de bois. A l'intérieur, les bruits extérieurs deraient étouffés et il y aurait toujours du feu dans la grande cheminée.

je ne sais pas



La brise doucement caresse le feuillage,
L’air est limpide et pur ;
La mer frappe sans bruit le sable du rivage,
De sa vague d’azur.

Les rayons du soleil par delà les collines
Ont incliné leurs feux,
Et leurs derniers reflets, en teintes purpurines,
S’étendent dans les cieux.

Le ruisseau près de nous promène son murmure
Sur un lit de gazon ;
Le rossignol, caché dans son nid de verdure,
Commence sa chanson.



Napoléon Legendre