Nul ne sait où un chemin mène réellement, mais il est souvent possible de le quitter pour en rejoindre un autre si il nous semble trop inadapté, quitte à se faufiler quelques temps parmi des broussailles ... toutefois il arrive qu'il n'y ait pas de broussailles traversables ou pas d'autre chemin à rejoindre. D'où la nécessité d'oter ses oeillères, de garder l'esprit ouvert, même quand l'appel semble si fort et la lumière si attirante ...