La rumeur a été confirmée, mercredi matin, par Rachida Dati devant quelques journalistes.

NDLR de LPLM : Mme Rachida Dati en a profité pour préciser qu’il était hors de question qu’elle arrête ses fonctions au ministère de la Justice, la maternité n’étant pas une maladie ; elle infirme ainsi implicitement les rumeurs plaçant Monsieur Devedjian comme "repreneur" des Sceaux . A n’en pas douter, le bonheur n’affecte pas ses capacités , les pistes de réflexions annoncées au début de l’été seront donc approfondies : mise en place de barème des procédures en droit familial pour les avocats, mise en place d’un barème de pension alimentaire, autant de pistes que l’association [ Les Papas = Les Mamans ] a eu le plaisir de proposer lors d’une audition en mars 2008 au ministère de la justice, peut être les autres propositions seront étudiées un peu plus tard (lire le rapport d’audition de l’association [ Les Papas = Les Mamans ]). Il convient de rappeler les refus réitérés de tous les gouvernements sur des barèmes opposables de pension , alors qu’il s’agit d’une démarche pouvant pacifier nombre de conflits dans les séparations

Nous allons reprendre contact avec Madame Dati pour faire entendre que les mesures envisagées ne semblent pas suffisantes . Une augmentation des moyens mis à la disposition des JAF et un contenu actualisé et contradictoire (les "experts " de l’enfance sont loin d’être d’accord sur les roles parentaux ...) de formation initiale et continue des magistrats familiaux semble un minimum pour compléter ces avancées encourageantes

"Je veux rester prudente, a déclaré la ministre de la justice, car ce n’est pas encore consolidé. Je suis encore dans une zone à risques. J’ai 42 ans. J’ai toujours dit que c’était fondamental pour moi. Si c’est consolidé, je serai heureuse et j’aurai l’impression d’avoir bouclé la boucle. Sinon j’en serai très chagrinée, mais je mettrai du rouge à lèvres là-dessus et je porterai ce sac toute seule."

La ministre a par ailleurs expliqué qu’il n’y avait aucune raison qu’elle "ralentisse ou arrête ses activités au ministère : ce n’est pas une maladie". Avant elle, seules Ségolène Royal, Florence Parly, et Frédérique Bredin ont été enceintes au gouvernement.

Elle n’a pas voulu confirmer le nom du père, expliquant : "J’ai une vie privée compliquée et c’est la limite que je me pose vis-à-vis de la presse ; je ne dirai rien là-dessus." Raphaëlle Bacqué

Source lemonde.fr
ARTON1263-101X18