En rapprochant deux enquêtes faites en 2005, l'une sur un échantillon de près de 30000 citoyens européens, l'autre sur 37000 étudiants allemands, on aboutit à la constatation édifiante que contrairement à ce qu'on imagine souvent, il n'y aurait que 2% de la population (des pays non-anglophones) qui maîtriseraient l'anglais convenablement.

Connaissance de l'anglais dans l'Union Européeenne,
et parmi les étudiants allemands,
selon leur propre estimation,
et d'après les résultats d'un examen.

La première enquête conduite par Eurobarometer donne 38% de la population non-anglophone pensant s'exprimer en anglais. Parmi eux 22% pensent avoir un très bon niveau, et 47% un bon niveau, 30% un niveau rudimentaire.

La deuxième enquête conduite par Hochschul-Informations-System GmbH Hannover donne 34% d'étudiants considérant avoir un très bon niveau et 38% un bon niveau. Or les enquêteurs ont procédé à des examens qui ont établi qu'en fait seulement 1% avait réellement un très bon niveau, et 4% un bon niveau.

Nombre de langues étrangères maîtrisées dans l'Union Européenne.
En comparaison nombre d'étudiants et de jeunes maîtrisant 2 langues.

L'enquête de Eurobarometer analyse par ailleurs finement les capacités linguistiques des Européens selon de nombreux critères (pays, âge, catégorie socio-professionnelle, etc), ce qui fait apparaître qu'une proportion plus importante d'étudiants maîtrise les langues étrangères (2 langues étrangères: 49% chez les éudiants contre 28% pour la moyenne), qu'une proportion plus importante d'allemands maîtrise l'anglais (56% contre 38% pour l'UE). Le fait de trouver que 76% des étudiants allemands connaissent l'anglais au moins à un niveau élémentaire est donc conforme à ce qu'on peut s'attendre au vu de ces données.

C'est pourquoi je m'enhardis à extrapoler les résultats de l'enquête de Hochschul-Informations-System sur l'enquête de Eurobarometer, ce qui nous conduirait à la conclusion que (en dehors des pays anglophones) seulement 0,24% des européens auraient une très bonne maîtrise de l'anglais et 1,8% une bonne maîtrise, en tout seulement 2,04%. Ce qui nous laisse près de 98% de la population européenne incapable de se débrouiller en anglais en dehors d'un usage rudimentaire ! Voilà une image bien plus réelle de la position de l'anglais en Europe et non-conforme à celle que l'on diffuse qui affirme que 51% des Européens maîtrisent l'anglais (13% langue maternelle + 38% langue étrangère)

Hypothèse sur l'état réel de la maîtrise de l'anglais
basé sur le rapprochement des deux enquêtes

Références:

  • Europeans and their languages, Eurobarometer, 02/2006.
  • "Man spricht Deutsch", "Uni&Job", "Süddeutsche Zeitung", 21/10/2006, p. 20, "Studie der Hochschul-Informations-System GmbH Hannover, für die 3700 Studenten Angaben zu ihren Fremdsprachen"

Esperanta versio :
(eo la Esperanta versio ne estas laŭvorta traduko de la franca : ili estis aparte verkitaj laŭ la samaj elementoj)
(fr la version espéranto n'est pas une traduction mot-à-mot de la version française : les deux textes ont été rédigés indépendamment en se basant sur les mêmes éléments)

Laŭ enketo ĉe preskaŭ 30 000 civitanoj de landoj de Eŭropa Unio kaj de la kandidataj landoj, en novembro kaj decembro 2005, estas pretigitaj la jenaj grafikoj. Tamen la enketo baziĝas sur memtakso de lingvokapablo de la respondintoj.
Alia enketo ĉe 37000 studentoj en Hanovro evidentigis ke dum 34% de la studentoj memtaksis sin bonegaj parolantaj de la angla kaj 38% bonaj, lingva kontrolo montris ke 1% estis vere bonegaj kaj 4% bonaj, 76% mezbonaj. La rezultoj de la enketo de Eurobarometer iom kongruas kun la memtakso de la enketitoj en Hanovro (sciante ke 56% de germanoj anoncas ke ili kapablas la anglan dum estas 38% en EU kaj 49% da studentoj anoncas ke ili regas du lingvojn dum estas averaĝe 28%, estas logike ke oni trovu 76% da germanaj studentoj kiuj regas la anglan dum estas 38% en EU). Sekve estas konjekteble ke saman ĝustigon de la rezultoj oni povus apliki al la enketo de Eurobarometer; tiam oni eventuale trovus ke ne 8% da civitanoj bonege regas la anglan sed nur 0,24%, kaj ne 26% bone regas ĝin sed nur 1,8%, entute nur 2% de la civitanoj ekster la anglalingvaj landoj regus almenaŭ bone la anglan, kaj 98% nur malbone aŭ tute ne.