un grand solarium      
dans la maison blanche    
rue de l'Acadie

assis    
dans ma vieille berceuse de bois
je r'gardions    
tomber la neige
et le crépuscule    
qui s'en alliont   
du coté de la mer

je r'gardions la vaste plaine  
ses quelques arbres empanachés
perdus dans le blanc  
et la baie  
au loin
qui éteint ses étoiles   
une à une

j'écoutions   
le silence du vent  
les chuchottements du poêle
du bout des doigts  
j'étrivions l'oreille  
de ma grosse chatte grise

eh ben   
moi Edgard à Philomène à Jean Richard de Cocagne
je disions   
que la pêche étions ben finie   c't'année   
pis les années qui suivront
j'avions faite mon temps
hein ma grosse chatte grise !

ben  well  
avant que la neige   
m'enveloppe à mon tour
c't'à croire  
que j'chanterai une dernière fois  
Evangéline

avant de m'endormir
j'crée ben
que j'rêverai de pêches miraculeuses
de sagouines en robes blanches
de mouettes  de cormorans
de marées et pieds-de-vent

well   betôt
j'finirai ben  
par prendre une ride  
sur la haute marée
pour un dernier voyage  
sur la mer   
qui m'a si souvent bercé

                                    
  Antar