C’est l’un des piliers du principe de maternage : partager son sommeil et son lit avec bébé. Une pratique qui fait débat : tout à fait banale et admise dans de nombreux pays, en Occident elle soulève bien des questions, en particulier en matière de sécurité.

Nombreux sont les parents qui reconnaissent prendre de temps à autre bébé dans leur lit : pour une tétée, un câlin, un moment de tendresse, apaiser une colère…Mais la plupart du temps, l’enfant retrouve vite son berceau, sa chambre et…sa solitude ! En cause : notre société qui valorise l’indépendance et la prise d’autonomie dès le plus jeune âge. Mais aussi des conditions matérielles favorables : la plupart du temps, le bébé possède un espace propre, sa chambre, au cœur du logement. Une possibilité pas toujours à la portée de nombreuses populations de par le monde : en Asie, par exemple, le sommeil est très souvent partagé, du fait de la faible surface des habitations. Mais le co-sleeping est aussi culturel : une étude britannique a montré que près de 95% de la population asiatique immigrée en Angleterre continuait de le pratiquer…

Les bénéfices

Cododo et allaitement font particulièrement bon ménage
: pas besoin de vous lever en pleine nuit, d’allumer les lumières, de vous rendre dans la chambre de bébé, de le sortir de son berceau…De son côté, votre enfant a moins besoin de pleurer pour vous avertir (il se fatigue donc moins), et sera manipulé au minimum (il se rendormira donc plus facilement et plus vite). Un confort des plus appréciables ! Les parents pratiquant le co-sleeping expliquent qu’ils parviennent très rapidement à identifier les besoins de bébé, sans que celui-ci ait besoin de crier ou de pleurer !

Partager son sommeil permettrait à l’enfant d’être plus serein et d’aborder la nuit avec moins d’angoisse : votre présence le rassure et le sommeil n’est pas synonyme pour lui d’abandon ou de solitude. Résultat : il dort mieux et plus longtemps. Or un bébé bien reposé est un bébé en bonne santé !

Enfin, le co-sleeping vous permet également de mieux vous reposer, ainsi que toute la famille : plus de réveils en pleine nuit à cause des pleurs de bébé, vous allaitez directement au lit et êtes présents pour lui en cas de gêne. Les aînés ne sont plus dérangés non plus.

 "NOTRE CHAMBRE"

 

 

Règles de sécurité

- Choisir sa literie : votre lit habituel et vos habitudes de couchage ne conviennent pas forcément à un bébé ! Le matelas doit s’adapter parfaitement au cadre du lit afin qu’il n’y ait aucun “vide“ dans lequel bébé pourrait glisser !
- Oreillers, couette, matelas mou : tout les supports dans lesquels bébé pourrait s’enfoncer ou qui pourraient le recouvrir, ou lui tenir trop chaud, sont à proscrire. Choisissez un matelas ferme, des oreillers en latex pour vous (bébé n’en a pas besoin) et optez pour les couvertures individuelles qui ne risquent pas de lui passer au-dessus de la tête. Par ailleurs, rappelez-vous que votre chaleur naturelle ne nécessite pas de surprotéger votre petit : une gigoteuse, et éventuellement une couverture fine doivent suffire à son confort.
- Prévenir les chutes doit aussi devenir votre préoccupation constante. L’idéal serait de poser le matelas à même le sol ! Mais si vous souhaitez garder votre lit “classique“, essayez de le rapprocher d’un mur ou bien de garnir de coussins (pas trop mous) le tour du lit au sol. Vous pouvez également acheter ou bricoler une barrière.
- Bien entendu, votre bébé ne dormira jamais sur le ventre ! La bonne position : vous, allongée sur le côté, jambes repliées, un bras au-dessus de la tête ; votre bébé sur le dos ou sur le côté, tout près de vous. Ainsi positionnées, vos jambes permettront d’éviter qu’il ne glisse vers le fond du lit.