"La mère suffisamment bonne désigne une réponse équilibré aux besoins du nourrisson, suffisamment signifiant ni trop ni trop peu.

C'est un concept crée par Donald Winnicott en psychanalyse, a l'origine "Good Enough Mother".

On peut l'expliquer en la plaçant cette image entre celle :

  • d'une mère qui ne serait pas assez bonne. C'est a dire qu'elle laisse l'enfant en souffrance. Poussé a l'extrême, elle laisse l'enfant dans l'angoisse et une sensation de perte de lui même.
  • et celle d'une mère qui serait trop bonne. C'est a dire qu'elle répond trop au besoin de l'enfant, et ne le laisse pas assez ressentir le manque qui est également essentiel à sa constitution, plus précisément a l'identification du moi comme différencié de la mère. Ce trop maintient l'enfant dans une sensation de toute puissance et d'omnipotence.

Winnicott lie ces réponses de la mère à la constitution du soi en vrai ou en faux. En français, pour distinguer cette expression, on a gardé le terme anglais pour désigner le vrai et le faux self.

Cette notion s'oppose donc a celle de la bonne mère (si elle pousse vers le toujours plus), pour introduire l'idée d'une réponse qui doit être équilibré, suffisante, mais pas débordante.

Ces principes ne font pas office de jugement et ne s'attachent pas a décrire la personne de la mère, mais le rapport de l'enfant a un objet maternel, qui peut en partie, mais pas nécessairement, être lié à la personne physique."

WIKIPEDIA