Je vous signale ce billet de Charly le prof : une sorte de "petit Nicolas" à l'envers, drôle et frais, qui sent le vécu, les feutres et le stabilo fluo.

Assez difficile pour les étudiants débutants ou élémentaires, mais les plus avancés feront leur miel de cette langue parlée truffée d'humour.

 

http://charlyleprof.canalblog.com/

Le mot le plus long

Une tâche incontournable lors des premières séances, lorsqu'il reste du
temps évidemment, c'est la réalisation de la page de garde du cahier.

Rien de bien compliqué, chaque élève doit indiquer sur la première page son
nom/prénom, la classe, l'année scolaire, et en plus gros, le titre, «
TECHNOLOGIE ».
Je ne donne pas de consignes particulières, si ce n'est un exemple au
tableau, avec mon nom.
Évidemment la question ne manque pas de savoir s'ils peuvent mettre des
couleurs et faire un beau dessin, ce s'rait tellement chouette. Il y a
quelques années j'imposais une rigueur et une précision toute technologique
et puis bon, vus les problèmes rencontrés par les gamins pour centrer le mot
« TECHNOLOGIE » sur la page, j'ai renoncé.
C'est donc quartier libre et je peux vous dire qu'ils s'en donnent à coeur
joie.

Ce matin, je regardais mes 6e4 s'adonner sans retenue à cette activité
hautement pédagogique, et vas-y que j'te débouchonne le Stabilo vert, et que
j'te recapuche le feutre rouge, clip-clop, clip-clop... c'est mimi, et vas-y
que j'te dessine la méga fleur de l'univers infini, aucun rapport avec la
techno mais bon, on va pas chicaner non plus.

Pendant cette activité, je flâne entre les tables, sans rien dire, pas un
sourire, pas la gueule non plus, juste le plaisir discret d'être avec eux.
D'où quelques constatations que je vous livre.

Bon l'éternel problème, encore et toujours, c'est d'écrire le mot «
TECHNOLOGIE », putain fait chier çui-là.

Pasque bon, t'as beau démarrer bien à gauche de la page, ça dépasse toujours
à droite, j'te jure.
Donc si t'as la chance d'avoir senti le truc venir, tu peux réagir, mais pas
toujours.
Et vous allez voir comme y sont astucieux, en fait, y suffit de faire les
lettres un peu moins larges à la fin qu'au début, et hop, le tour est joué.
Donc le "G", comme ça, mine de rien, tu le ratatines grave jusqu'à c'qu'y
ressemble à un « I », et le « E » tu lui coupes les pattes bien à ras et
hop, ni vu ni connu.
Et même qu'y t'reste de la place, j't'assure.

Au final, t'as l'impression que le mot « TECHNOLOGIE » s'est gaufré à fond
le bord de la page, comme un crash-test quoi, le devant est tout niqué, mais
le derrière, nickel.

Mais des fois, tu l'as pas vu arriver le bord de la page, donc y t'reste
trois lettres dont tu sais pas quoi foutre.
Et là, vous allez pas m'dire comme y sont malins ces gosses, les trois
dernières lettres, plutôt qu'de les écrire sur la table, tu les choppes par
le col, et zou, tu les mets juste bien pile poil en dessous, sous l'tapis
quoi, mais pas trop bas, et bien à droite.
Mais comme tu sens bien que t'as peut-être fait une erreur, et que ça risque
de se voir, l'air de rien, tu changes de couleur, pour faire diversion.

Quand je vois ça, je m'arrête devant le gamin et je regarde son titre, très
sérieusement.
Du coup, le gamin me regarde, alors je le regarde.
Pis je regarde à nouveau son titre, très sérieusement, et lui y fait pareil,
et ensuite, on se regarde.
Un bon moment.
Alors y m'dit :
- Ça va comme ça ?
Et je lui réponds :
- Impeccable.
Et là, surmotivé, y passe un méga coup de Stabilo pour faire joli sur le
titre qu'était pas sec.

Pis des fois, t'arrives à mettre toutes les lettres mais pas d'bol, t'en as
oublié une.
En général c'est moi qui leur fais remarquer.
Alors le gamin y regarde le tableau pour vérifier, des fois qu'tu lui aies
dit une connerie, et y dit :
- Ah oui.
Ben ouais.
Mais pas d'panique, c'est quoi la lettre qui manque ? Le « H » ?
Et là, t'emmerde pas, crois-moi, tu choppes le « H », tu le mets dans un
étau et tu serres, tu serres, jusqu'à qu'y respire plus.
Et tu le glisses juste pile poil entre le « C » et le « N », avec des petits
coups de massette s'y faut, pour qu'ça rentre bien, et hop, nickel-chrome.
Et tu regardes le prof et tu dis :
- Ça va comme ça ?
Et je réponds :
- Très bien, et surtout, ne change rien.

Pis y'en a qu'aiment pas trop les couleurs pastel, pasque ça fait un peu
tapette quand même, alors y z'écrivent avec un gros feutre indélébile.
Le gros avantage du feutre indélébile, c'est que ça tape bien à l'oil, et
surtout, il est indélébile sur les dix pages suivantes aussi.
Donc elles servent plus à rien et tu peux les arracher vite fait.
Mais surtout, faut éviter de mettre un coup de Stabilo sur de l'indélébile,
ça peut tâcher.
Mais bon, des fois, t'y penses après.

Et pour finir, je tombe sur un truc nouveau, le mot récalcitrant écrit
verticalement.
Ça, t'y aurais pas pensé, ben le gosse là, oui.
Mais comme c'est un sacré rebelle le mot « TECHNOLOGIE », et ben même
verticalement, les lettres elles rentrent pas non plus.
Alors là, et vise un peu la combine, tu laisses comme c'est, tant pis, il a
eu sa chance, et pis c'est tout, c'est vrai quoi, j'me demande pourquoi on
s'emmerde des fois, et du coup, t'inventes une nouvelle matière : la
technolo.
Et si le prof fait une remarque, n'hésite pas, envoie-le quasiment chier,
pasque faut quand même pas pousser, tout l'monde comprend c'que ça veut
dire, non mais je rêve.
Et comme t'aimes bien la jolie finition qui fait la différence, n'hésite pas
à bien barbouiller l'intérieur des lettres, en dépassant un peu, mais pas
trop, et pis surtout, avec la même couleur si possible, ou mieux, en noir,
pour qu'ça ressorte bien, qu'ça en jette quoi.
Et tu regardes le prof et tu dis :
- Ça va comme ça ?
Et je réponds :
- J'aurais pas fait mieux.
Du coup, surmotivé, tu envisages de barbouiller aussi l'intérieur des
lettres qu'elles en n'ont pas d'intérieur, mais tu hésites un peu en
regardant le prof, ben faut pas, j't'assure, vas-y, sors de ta réserve, va
de l'avant, et touille bien comme y faut, pense à bien racler les bords, tu
verras, ça fera un joli trou.
Bon, ce sera juste un peu illisible, mais franchement, qu'est-ce qu'on en a
à foutre ?

Alors vous rejoignez la fenêtre, vous regardez la campagne alentour, et vous
souriez, discrétos, et vous vous laissez aller à repenser à une brune aux
cheveux courts, ses jambes, ses ballerines taille 37, son regard noir, ses
baisers de folie, ses somptueux ni...
- M'sieur, j'me suis trompé, j'peux mettre du blanc ?
- Oui oui, vas-y, fais-toi plaisir.

Ben vous savez quoi ?
Sont trop mignons mes 6e4.