« UN PEU PLUS DE BON SENS ET UN PEU MOINS DE SCIENCE ET TOUT IRA MIEUX »





L’ ORIGINE DES MALADIES

Toutes nos maladies physiques et psychiques naissent sur un substratum organique déséquilibré, acidifié, surchargé en toxines et carencé en substances vitales. C’est ce qu’affirment les naturopathes, la « maladie naît à l’intérieur » elle n’est pas due « aux microbes que l’on attrape par hasard ». On leur rétorquera alors: « quoiqu’il en soit, des maladies, il y en aura toujours, autrefois c’était la peste, aujourd’hui c’est le sida ». Certes, mais avec des conditions d’existence différentes ! Au Moyen-âge les gens mangeaient rarement à leur faim et vivaient dans des habitats insalubres, alors qu’aujourd’hui ils disposent de l’eau courante et d’une nourriture abondante. Le paysan du Moyen-âge, sous-alimenté était la proie de n’importe quel agent pathogène et aujourd’hui l’homme moderne épuise son potentiel vital (et par voie de conséquence son système immunitaire) par une trop grande consommation d’aliments de mauvaise qualité « biologique », pauvre en fruits et légumes, riches en graisses (viandes et produits laitiers), en sel, mais aussi en antibiotiques, vaccins, nitrates et conservateurs, auxquels s’ajoutent le « sucrisme » le tabagisme et l’alcoolisme. C’est ainsi qu’après plus d’un siècle d’industrialisation et d’agriculture, l’ « homo technicus », non initié au Vitalisme, plus orienté vers la vaccination et la médication que vers l’hygiène vitale, se « cancérise » , sombre dans la folie et dégénère.

LE « BON SENS » MEDECIN

Pour éviter les conséquences morbides de ce processus d’encrassement métabolique par une alimentation non prévue pour l’organisme, il convient plutôt que de recourir à la « pilule miracle » dernièrement sortie d’un laboratoire pharmaceutique, d’appliquer un programme cohérent d’hygiène vitale, à savoir : Nettoyer l’organisme , rééquilibrer l’alimentation puis le psychisme!

1- NETTOYER L’ORGANISME

Nettoyer l’organisme consiste à stimuler les fonctions d’excrétion des toxines au niveau des émonctoires spécialisés : foie, intestins, reins, peau, poumons. Ces organes excréteurs filtrent les déchets hors du sang et de la lymphe et les rejettent hors du corps.


LES INTESTINS
Le bons sens naturopathique consiste à mettre périodiquement (au printemps et à l’automne surtout) les organes digestifs au repos, par un allégement du volume alimentaire (diététique) et par le choix d’aliments peu “encrassant” (nutrition). En effet, la masse de substances qui peut y stagner, putréfier et fermenter est énorme et contribue pour une grande part à l’auto-intoxication qui est responsable de la perturbation et de la détérioration du tube digestif, et par voie de conséquence, de la spasmophilie et des maladies subséquentes, maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques etc.) et cancers. Une vidange quotidienne ou bi-quotidienne est indispensable. Sur le plan alimentaire il faut diminuer la consommation de viandes (viandes rouges et charcuteries industrielles surtout), les produits laitiers et supprimer totalement les faux aliments tels que sucres industriels, farines raffinées, bonbons, pain blanc, pâtes blanches, riz glacé, ainsi que toutes les boissons sucrées, sodas et toutes les boissons contenant de l’aspartame.
L’alimentation de base comprendra d’avantage d’aliments à forte teneur enzymatique ce qui permettra la dégradation digestives des aliments, des légumes crus (à bien mastiquer), de la verdures, des salades colorées, légumes cuits à la vapeur (mais non en « cocote ») et céréales complètes de culture biologique , huiles végétales vierges crues, surtout huile d’olive et une seule protéine d’origine animale aux trois repas (sauf viandes et poissons gras) soit: poisson maigre, ou oeufs coques, ou fromage frais maigre (en petite quantité)
S’orienter vers des repas très simples avec le moins de mélange possible, accompagnés d’eau peu minéralisée ( Watwiller, Mont Roucous ,Volvic,) ou faiblement gazeuse (Vichy Celestins), boire avant le repas, peu pendant, éviter après et boire au cours de la journée au moins un litre et demi d’eau pour les adultes. Pour faciliter le nettoyage intestinal, il pourra être ajouté à ce litre et demi d’eau, une cuillère à café pleine, de chlorure de magnésium (en pharmacie) ou chlorure de magnésium marin de Guérande (en diététique)

LE FOIE

C’est la grande usine métabolique, le couple « foie-vésicule biliaire », assume plus des 900 fonctions métaboliques connues ! Le foie est sans conteste l’émonctoire le plus important, car non seulement il filtre et élimine les déchets comme le font les autres émonctoires, mais il est aussi capable de neutraliser, s’il est en bonne santé, de nombreuses substances toxiques, cancérigènes etc. Les déchets filtrés par le foie sont éliminés dans la bile. Une bonne production, une bonne qualité des sels biliaires et un bon écoulement de bile sont non seulement garants d’une digestion facile mais aussi d’une bonne détoxication. L’entretien du foie est capital pour la santé car c’est en lui que s’effectue la synthèse d’environ toute les protéines, tous les lipides ainsi qu’une grande partie de la gestion des sucres et pratiquement toute la désintoxication du sang. On peut considérer le foie comme le « starter métabolique » du corps. Il est le seul organe du corps qui peut se régénérer, encore faut-il lui accorder un peu de repos pour le faire ! Et même si on ne le sent jamais, il peut être très souvent perturbé par la toxémie d’origine alimentaire, les émotions, la colère, le froid, les drogues, l’alcool, le tabac mais aussi les vaccins et les médicaments ! (voir mes articles des 2-3 MARS 2008)

Pour ces deux premiers émonctoires, intestins et foie, on peut recourir au chlorure de magnésium et aux plantes telles que artichaut, radis noir ou pissenlit pour leurs propriétés détoxicantes (cholagogue et cholérétique)


LES REINS
Leur rôle est fondamental dans l’élimination des déchets azotés (acides et cristaux).Les reins, en 5 à 6 mictions quotidiennes, éliminent normalement 1,5 litre d’urine environ. Lorsque les reins fonctionnent mal, cela va favoriser la rétention d’eau dans les tissus et les dépôts de déchets cristalloïdaux au niveau des articulations. Les poignets et les chevilles boursouflées, des urines claires, témoignent d’une insuffisance du travail des reins.
Les jus de légumes et mieux, les jus lacto-fermentés, le jus du citron (non traité) leur seront bénéfiques ainsi que les plantes diurétiques, déchlorurantes telles que céleri, fenouil et pissenlit.


LES POUMONS
Les poumons sont avant tout une voie d’élimination de déchets gazeux, mais à cause de la suralimentation et de la pollution tabagique surtout, ils rejettent très souvent aussi des déchets solides sous forme de crachats. Pour eux la période printanière est toujours critique, que les problèmes soient allergiques ou infectieux. Le décrassage émonctoriel « intestin-foie » leur est indispensable. On pourra diffuser pendant une dizaine de minutes par jour de l’huile essentielle d’eucalyptus pour renforcer le décrassage à leur niveau.


LA PEAU
C’est l’émonctoire de secours, on peut la considérer comme un troisième rein et un troisième poumon. Comme pour les muqueuses respiratoires, elle élimine quant à elle, par les glandes sudoripares (sueur), les surcharges acides, les « cristaux » et par les glandes sébacées (sébum) les « colles ». A un certain degré de toxémie, la peau ne transpire plus et exhale de mauvaises odeurs et ce ne sont pas les déodorants ni les parfums qui vont résoudre le problème, ils ne feront que l’aggraver surtout s’ils ne sont pas naturels (souvent réactions par gonflement des ganglions sous les aisselles).
La solution : décrassage émonctoriel « intestin-foie » et exercices physiques pouvant amener l’essoufflement et la transpiration. L’échauffement doit être très lent, très progressif, sans violence tels que marche, jogging léger, vélo, musculation douce, gymnastique douce, (de préférence entre 17 h et 19 heure) et jamais par temps de brouillard. On réserve le début de la matinée aux étirements ou à la gymnastique des organes (méthode Marchesseau). Tous les exercices physiques intensifs sont à éviter.

2-LA PRATIQUE DU DRAINAGE

Deux points sont à surveiller : l’intensité de la cure et sa durée

L’intensité : elle se réfère au bon sens, le dosage des draineurs doit être bien réglé, ni trop bas (inefficace) ni trop haut car les émonctoires seraient irrités par le flot de toxines.

On peut drainer plusieurs émonctoires à la fois


La durée : la cure pour être efficace doit s’étendre sur plusieurs semaines, trois semaines avec interruption d’une semaine et reprise trois semaines par exemple et à répéter au moins à l’Automne.


Vous pouvez vous adresser à un praticien naturopathe , à un heilpraktiker ou à un médecin initié à nos pratiques.


PLANTES DU MOIS : LES MEILLEURES PLANTES DÉPURATIVES

Le pissenlit : c’est une plante intéressante puisqu’elle draine le foie, les reins, les intestins et la peau. C’est également un excellent dépuratif du sang qu’il fluidifie. Toute la plante est curative

Le Chrysanthellum américanum pour sa puissance d’action hépato-biliaire et dépurative du sang ainsi que le plantain pour sa propriété dépurative du sang
Le radis noir dont l’action laxative légère et diurétique en fait un draineur remarquable et un excellent régulateur hépato-biliaire.
( à suivre)


« LE MEILLEUR MEDECIN EST CELUI QUI MEDICAMENTE LE MOINS ET REEDUQUE LE PLUS »


"manger, bouger, relaxer"




Article réalisé par Alain HAUUY