Renforcer les défenses ou réprimer les symptômes ?
Par Alain HAUUY, naturopathe

Naturopathie et médecine allopathique sont complémentaires, mais la démarche naturopathique ne repose pas sur les mêmes postulats. Là où la médecine officielle traite le symptôme à l'aide de médicaments chimiques, la naturopathie en recherche la cause et utilise les agents naturels non toxiques pour nous aider à préserver et renforcer notre état de santé physique et mental. En " traitant" naturellement le cas échéant et de façon appropriée l'état morbide du patient, en favorisant les crises d'élimination et de nettoyage de l'organisme, elle renforce les échanges organiques et les défenses immunitaires


« Le terrain est tout…. »


Les processus de la guérison sont ceux de l’élimination et de l’épuration du milieu dans lequel baignent nos cellules. Ces manifestations témoignent d’un effort de l’organisme qui, arrivé à un seuil de déséquilibre, rejette ses toxines, ses « colles » ses « cristaux », à l’extérieur par les intestins (diarrhées), les reins (surcharges cristallines), la peau (boutons), les poumons (glaires, mucosités) et le vagin pour les femmes (pertes blanches). Il convient naturellement d’aller dans le sens du « médecin du corps », notre médecin intérieur plutôt que réprimer les tentatives d’élimination par des artifices médicamenteux qui refouleront les toxines dans le tissu conjonctif et pollueront le milieu intérieur. C’est ainsi que par suite d’une mauvaise hygiène de vie, d’une alimentation pour « cochon édenté », (alimentation molle et/ou mal mastiquée) et de surcroit non spécifique accompagnée de sodas ou arrosée de vins ou de bières, d’un excès de protéines d’origine animale (alimentation carnée et produits laitiers) et/ou végétales à forte teneur en gluten, d’aliments sucrés, de drogues diverses dont tabac et alcool et l’usage répété de produits de synthèse (conservateurs, édulcorants, cosmétiques, médicaments), d’un manque ou d’un excès d’exercices physiques, d’un défaut de contact avec la nature, d’une insuffisance de repos, l’immunodépression s’installe. Affaiblit, notre organisme devient la proie facile des agents « boueux utiles » dont la fonction est de préserver la vie chaque fois qu’elle est menacée afin d’en assurer la pérennité (parasites, bactéries et virus), la vaccination venant aggraver de manière perverse à plus ou moins long terme le processus immunodépressif avec le risque de favoriser l’apparition d’hôtes pathogènes mutants, d’introduire des substances chimiques susceptibles de se révéler dangereuses pour le système nerveux ou des matières animales porteuses de nouveaux virus. Quant au psychisme, il suit inévitablement cette courbe morbide avec l’atteinte du système neuroendocrinien. En inter-action avec ce mode de vie déplorable, il devient plus sensible aux mauvais stress et aux émotions ; l’individu devient confus, perd le discernement (même le plus instruit) et la vigilance, il est assailli par les idées noires ou superstitieuses ce qui l’amène au repli sur soi et à la méfiance ou au contraire par manque de discernement, à prendre n’importe quelle « canne miraculeuse » qui lui sera présentée.

A retenir absolument :


A lire pour ne pas mourir idiot : « Vaccination, erreur médicale du siècle » du Dr de Brouwer médecin et spécialiste en biologie moléculaire Edit. Louise Courteau. Si le lecteur est encore doté de son bons sens naturel, il pourra se faire une juste idée des « bienfaits » de la vaccination, comme il se fera une juste idée de l’usage des OGM en lisant : « Plantes et aliments transgéniques » de Jean Marie Pelt professeur de biologie végétale et de pharmacognosie - édit. Pocket:


COMMENT ACCROITRE SON POTENTIEL VITAL

L’équilibre intérieur et l’état de pureté des liquides physiologiques (sang, lymphe, serum intra et extra cellulaire) dépend d’un « potentiel » vital qui sous forme d’influx, régule, coordonne et contrôle tous les mécanismes physiologiques. Vous pouvez prendre l’énergie où vous voulez, recourir aux médecines dites « énergétiques », il n’en demeure pas moins que c’est le sang qui véhicule votre énergie (vous perdez votre sang, vous faiblissez) un sang surchargé ne véhicule plus suffisamment d’énergie et le foie qui est chargé de le traiter, épuisé par un mode vie non conforme et par les drogues et les médicaments ne peut plus remplir correctement ses fonctions. « Sauvez votre foie, sauvez votre vie ! »

Ce potentiel de vie, nous pouvons le préserver si nous respectons trois règles de base simples :

1- apprendre à bien respirer pour fixer l’oxygène au niveau pulmonaire et l’acheminer au niveau cellulaire.
2- Réintroduire progressivement dans son alimentation des crudités colorées cultivées de façon biologique (rouge, vert et jaune), ils contiennent du carotène, de la chlorophylle « sang vert », et de la vitamine C, ces micro-nutriments sont indispensables à l’équilibre général. Ainsi que des fruits traités naturellement et mûris au soleil. Le soleil apporte des particules de vie ou « biotons » qui sont des éléments subtils qu’on ne peut mettre en boite ou en gélules….et si l’on veut complémenter sa nourriture, les algues sont les meilleurs micronutriments car elles ont eu l’avantage d’être savamment « dosées » par la nature durant les quelques milliards d’années qui ont précédé notre apparition sur terre.
3- Faire régulièrement des cures de désintoxication naturopathique surtout au printemps et à l’automne, vous éviterez les « crèves », les rhumes et les fatigues saisonnières favorables aux grippes.

Trois autres règles pourront nous aider à vivre mieux
:

1- Apprendre à se relaxer et à se suggestionner positivement
: la sophrologie pédagogique offrira une formidable méthode, le « training-sophrogène » méthode de gestion du stress que nous devons à Gérard Duruz, pour mieux piloter sa vie, s’affranchir de ses dépendances, réaliser ses objectifs et nous aider à demeurer stable quoiqu’il arrive
2- La méditation pour avoir une vue plus claire sur nous même, sur la vie, sur les relations que nous entretenons avec les autres et sur les évènements qui jalonnent notre existence.
3- La prière dite à haute voix avec ferveur afin de développer notre champ de conscience bien au delà du cadre limité de notre « bastion cérébral » et nous affranchir des exigences d’un ego immature ou malade (besoin exagéré de posséder, de régenter, de paraître ou de s’identifier à autrui).


CONNAITRE LES GRANDS DÉPURATIFS DE L’ORGANISME

Toutes les plantes potagères sont dépuratives et c’est par elles que se réalise l’auto-guérison. Parmi ces plantes nous utiliserons, le radis noir, l’artichaut, le céleri et le fenouil pour drainer le foie, la citrouille, les carottes, la betterave rouge et l’oignon pour la vésicule biliaire. Le radis noir dont la saveur est piquante est un draineur remarquable et un excellent régulateur hépatobiliaire.