L’ALTERATION DU MILIEU CELLULAIRE

La pollution d’origine alimentaire, le surmenage physique et intellectuel, les émotions mal contrôlées, perturbent et épuisent notre système neuroendocrinien qui nous permet de nous adapter aux rythmes vitaux. En déficit d’énergie vitale, il y a insuffisance organique, digestive et émonctorielle et altération du milieu cellulaire par surcharge en déchets résiduels.

LES DECHETS RESIDUELS

Les déchets résiduels sont principalement des sels acides que produit l’organisme ou qu’il est forcé de produire à l’aide de minéraux et d’oligo-éléments (d’où épuisement des ressources minérales) pour les neutraliser. Le milieu liquide dans lequel baignent nos cellules et qui alimente nos tissus, nos organes, nos os, nos glandes, forme une balance entre les acides et les alcalins. L’indice ou pH qui indique un bon équilibre est celui du sang, il doit être légèrement alcalin et constant entre 7,35 et 7,4 si nous voulons rester en bonne santé physique et mentale. En dessous de 7 (pH neutre) on commence à fonctionner à l’envers ! Les acides ‘attaquent” les délicates membranes de nos cellules nerveuses et perturbent les échanges d’informations. Cette perturbation se généralise et atteint toutes les cellules du corps. Elle s’accompagne de troubles du comportement de « trous » de mémoire, d’angoisses, d’une baisse de la vigilance et de réactions mal contrôlées ainsi que de la perte de joie de vivre avec à terme la maladie vraie, l’infirmité et l’activité affaiblie du corps, de l’esprit et de l’âme !


Tous les désordres que l’on attribue à la société, à la malchance(?) ou au destin (?), résultent des désordres intérieurs de chacun ....!



LES GRANDS RESPONSABLES DE L’ACIDIFICATION :

1- La pollution d’origine alimentaire
- l’excès de protéines au cours des repas (exemple : viande ou/et poisson + fromage + yaourt) entraîne une surcharge hépatique, la fatigue rénale et la déminéralisation par excès de déchets azotés. Il est bien évident qu’une surconsommation de céréales (galettes végétales) ou l’usage de substitut de repas protéinés pour mincir (poudres et pâtes) peuvent contribuer respectivement à cet épuisement émonctoriel avec ses conséquences ( dont fatigue, allergies, conjonctivite etc.)
- les aliments “industriels’, tout ce qui est raffiné ( sucre et farine blanche notamment), tout produit conditionné avec additifs ou ionisé, entraîne un surmenage hépatique et rénal accompagné d’une dévitalisation de l’organisme.
- les boissons avec édulcorants et contenant des sucres entraînent la fatigue hépatique et le surmenage du pancréas avec risque de diabète, acidité, hyper nervosité, fragilité vasculaire, problèmes de peau, fragilité des tendons et problèmes de vue!
Nota : Le système digestif représente 70% de l'immunité, la flore intestinale comprend 2 familles de bactéries qui sont complémentaires et qui doivent demeurer en équilibre afin de préserver la muqueuse - le déséquilibre à pour origine le "viandisme" et le " sucrisme"
" L'excès des mauvais sucres est préjudiciable aux cellules saines (...)et favorise les cellules cancéreuses qui se nourrissent de ces mauvais sucres - extrait de : "vaincre le cancer " ou la méthode du bon sens par le biologiste PV Marchesseau édité en 1984!


2 - Le surmenage physique et intellectuel
- sport intensif, => (il entraine) un vieillissement prématuré, problèmes cardio-vasculaires ou (et) articulaires, cancers.
- excès alimentaires et sexuels => épuisement des glandes, obésité et impuissance.
- exposition aux écrans (ordinateur, télévisions, consoles de jeux) au-delà de 4 heures consécutives par jour => inversion de la courbe d’adrénaline, épuisement nerveux, troubles du comportement, dépression, dévitalisation et perturbation du milieu cellulaire.


3 - Les poisons de nature psychique
Les pensées discordantes (manque d’attention et défaut de réflexion), les pensées dévalorisantes et négatives, les désirs excessifs ( cupidité, luxure), les tendances exagérées de l’ego pour être reconnu par les autres (orgueil, tyrannie) ou pour être aimé (jalousie), l’impatience (colère), créent des déséquilibres au niveau de notre système neuroendocrinien et de nos différents organes (foie, cœur, estomac, reins, poumons etc.).
Ils sont à la source de toutes nos névroses ainsi que de nos peurs et superstitions (pratiques divinatoires, mauvais oeil, sorcellerie, magie noire, démons, etc..) et contribuent à l’apparition des maladies auto-immunes et du cancer!
Tout excès entraîne une baisse d’énergie et un mal être qui incite l’homme non conscient de l’origine de cette chute de vitalité à recourir à des drogues stimulantes ou sédatives. Ces compensations, non seulement ont des conséquences désastreuses sur le plan physique avec une vulnérabilité accrue aux germes infectieux, mais occasionnent de tels désordres sur le plan psychique, que toute possibilité d’éveil de la conscience est compromise.
Nous appartenons tous à la même race humaine, nous sommes tous semblables mais nous sommes tous différents selon le "bagage génétique" transmis par nos ancêtres et nos géniteurs et par la manière dont nous savons l’utiliser dans notre vie. Si nous prenons conscience de cela, et si nous avons une motivation profonde à maintenir ou à retrouver l’harmonie en nous, nous pourrons connaître le simple bonheur de vivre !


CONSEILS DU MOIS : COMMENT RETABLIR L’EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE ?

Une hygiène de vie d’abord, en évitant tout ce qui peut acidifier et en réintroduisant dans son alimentation davantage d’aliments alcalinisant (plantes potagères et fruits), en s’oxygénant par l’exercice modéré ou lors de promenades dans la nature et enfin, en se reposant avec le sommeil naturel qui épure l’organisme, régénère les cellules, purge le psychisme et permet la recharge en énergie. Nous pourrons aider ce retour au sommeil naturel en nous accordant du temps pour nous recentrer afin d’éviter d’être “happés” par nos obligations, nos désirs et nos “hobby”. Seule la méditation, sinon la relaxation, peut rééquilibrer la glande épiphyse ( ou pinéale) dont le rôle primordial est de déconnecter notre conscience pendant la nuit pour que le sommeil remplisse son rôle réparateur sur le plan physiologique et son rôle de réorganisateur sur le plan psychique. La glande pinéale s’atrophie sous l’effet d’un intellect « hypertrophié » et d’un manque de religiosité dans le sens où la re-ligiosité doit nous re-lier à, à la vie céleste, à la nature et aux autres. Tandis que l’épiphyse permet le sommeil et nous aide à nous régénérer, une autre glande, l’hypophyse favorise l’éveil et “orchestre les fonctions vitales par son action sur les autres glandes. L’hypophyse est influencée positivement par la lumière, les couleurs et la visualisation positive. La vitamine C (naturelle) ou “vitamine de la joie”, lui est indispensable ainsi que le zinc qui favorise le fonctionnement de l’axe hypophyse-thyroide-ovaire (ou testicules) et intervient dans plus de 200 métabolismes.

Pour préserver l’équilibre de l’hypophyse il convient d’adopter une « posture » mentale qu’on appelle la « vigilance » afin d’éviter de se laisser dominer par l’orgueil et toutes les pensées discordantes et excessives qui s’y associent. Le gène de la démesure n’existe pas et ce n’est pas la DHEA qui pourra y remédier !

« Le meilleur médecin est celui qui médicamente le moins et rééduque le plus ! »



Article réalisé par Alain HAUUY

Lien : http://multimediaprevert.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=18