LA CAUSE PROFONDE : LE TERRAIN « HUMORAL »

Chaque individu au cours de sa vie est en contact avec des germes microbiens ou avec des virus mais tous ne les contractent pas. Ceux qui résistent ont, soit tout simplement un « terrain » qui ne favorise pas leur propagation ou qui sont dotés de bonnes défenses immunitaires leur permettant de se maintenir en état de santé.

1° Altération du terrain par une mauvaise alimentation :

a) relation « POUMONS - COLON »

La relation entre la sphère ORL et les INTESTINS, est établie depuis des milliers d’années dans les médecines traditionnelles (Médecine Chinoise et Ayurvédique notamment).
La fonction des poumons c'est la respiration qui influence tout le rythme vital du corps humain via le flux sanguin. En cas de troubles, surviennent l’asthme, la bronchite, la sinusite etc., les problèmes de peau ( prurits, eczéma ect.)
La fonction du colon (gros intestin) c'est d’évacuer les impuretés, les déchets. Il participe de ce fait à la régénération du corps.
La congestion de la muqueuse respiratoire fait toujours suite à la " congestion-inflammation" de la muqueuse digestive et à une insuffisance hépatique associée!
Cette saturation de la muqueuse est provoquée par le ralentissement de la digestion, lequel est lui même causé par :
-1) les inhibiteurs de digestion que sont les sucres les boissons sucrées (sodas, cocas) et l’alcool mais aussi les fruits et tomates consommés au cours des repas comprenant des glucides (pain, pâtes etc.)
-2) les aliments surindigestes tels que le café au lait, les charcuteries et les mauvaises associations : « pain - beurre -confiture », « pain -miel » et les mueslis.
-3) l’abus de produits laitiers et la suralimentation « glucido-lipidique » (céréales et légumineuses, huiles végétales)
-4) le grignotage : Prendre des aliments quels qu'ils soient, solides ou liquides (lait ou jus de fruits) une, deux ou trois heures après la fin d'un repas change la nature biochimique du bol alimentaire, déprogramme la digestion qui en était à un stade avancé et l’oblige à repartir à un stade antérieur, créant un fatigue considérable pour l'organisme , un épuisement nerveux et un affaiblissement des défenses, ainsi qu'un ralentissement digestif générateur de :
L"indigestion-intoxication" cause fondamentale des pathologies et troubles du comportements (nervosisme, agressivité, anxiété etc.) et substratum des maladies psychiques !
-5) Le défaut de mastication : La digestion commence dans la bouche, cette étape est très importante pour la pré-digestion des glucides à assimilation lente (pain, céréales, pommes de terre etc...) grâce à l’amylase salivaire. Oshawa père de la macrobiotique, nous dit « mâcher les liquides et boire les solides » ; la mastication prépare le bol alimentaire et facilite la digestion.
-6) Le repas du soir trop copieux : Le repas du soir doit être lé­ger et pris suf­fisamment tôt pour ne pas se trouver trop près de l’heure du coucher (Si le dîner à 19h il est conseillé de s’endormir à 22h30)

2°Altération du terrain par la déshydratation


b) couple « REINS-VESSIE »


La principale fonction des reins est de réguler la quantité de liquide du corps et de se débarrasser des déchets par l’urine. Les reins sont de puissants accumulateurs d’énergie ; les troubles énergétiques des reins entraînent des difficultés à uriner, à digérer, des problèmes de pression sanguine, d’hypertension, une sensibilité accrue au stress, la peur, la dépression.
La fonction de la vessie est de stocker et d’éliminer l’urine. Elle aide les reins à accumuler l’énergie.


A ce couple rein-vessie, sont liés selon la médecine chinoise les organes qui vont gérer le tissu conjonctif, les os et les articulations ainsi que le système HLA (codage génétique).


Effets de la déshydratation : Les neurones sont des cellules très sensibles au manque d’oxygène et au manque d'eau. La dés­hydratation induit des signes de «souffrance neuronale». Le cerveau va alors, via une substance « l'histamine », envoyer des signaux de douleur afin d’activer des régulateurs signalant le besoin d'eau. Un manque d'eau, peut entraîner de réelles et gra­ves troubles pathologiques par perturba­tion du métabolisme. Par conséquent, pour toutes les douleurs, quelles soient digestives, arthritiques, circulatoires, il convient avant toute médication, de réajuster d’abord sa consommation d'eau, en comptant au moins deux litres et demi par jour en «traitement d'at­taque» (pour un adulte de 70 kg). D’autant plus que lorsqu’il fait froid on ressent moins le besoin de boire alors que les reins fonctionnent plus (on urine davantage en hiver).


Le processus de la digestion récla­me de grandes quantités d'eau, sécrétées dans les couches glandu­laires de la muqueuse gastrique. En cas de déshydratation, cette fonc­tion ne s'accomplit pas correcte­ment, il est donc important de :


  • Pren­dre au moins un grand verre d'eau (25 cl) avant le repas
  • Boire avant le repas et deux heures et demi après, pour ne pas perturber la digestion «haute»
  • Boire deux ou trois verres dans l'après-midi
Lorsqu'on suit ces règles de base d’hygiène alimentaire et d’hydratation, tous les états pathologiques s’améliorent et les infections chroniques ou à répétition disparaissent chez tous ceux dont les défenses naturelles n’ont pas été détruites par les défenses de substitution que sont les anti-biotiques ou "anti-vie", la cortisone, et la vaccination intempestive !

Nota : Le « mélangisme » alimentaire répété, associé aux vins et à l’alcool (déshydratants), tel le repas de Noël suivi de celui du Nouvel An ainsi que le manque de sommeil, entraînent un surmenage hépatique, une surcharge ,une fatigue générale de l’organisme, une baisse des défenses et en conséquence une vulnérabilité accrue au virus de la grippe et aux germes de toutes sortes…ET UN SURCOUT pour la sécurité sociale!


LE RHUME, UNE ELIMINATION SALUTAIRE !


Le rhume, selon la Naturopathie, est un des effets d'une « tempête hormonale salutaire », visant à désintoxiquer l’organisme. C’est une réaction centrifuge témoignant d’une énergie vitale suffisante. Les personnes qui n’ont jamais de rhume, soit se portent à merveille parce qu’elles ont une bonne hygiène de vie (alimentaire, physique et mentale), soit préparent une maladie grave (l’organisme n’ayant plus une énergie vitale suffisante pour effectuer l’élimination).


En conséquence, pour éviter les désagréments occasionnés par le rhume, soit vous allez dans le sens de votre « médecin intérieur » et vous mettez au repos votre système digestif (diète) et procédez ensuite à un rééquilibrage alimentaire et vous préservez votre santé, soit vous recourez aux « anti-rhumes » anti-symptomatiques mais avec effets iatrogènes (sinusite, problèmes vasculaires etc.) et préparez le terrain du cancer.


Médecine de vie ou médecine de mort,


vous avez le choix !



CONSEIL DU MOIS : LE CHLORURE DE MAGNESIUM
Il existe un moyen extrêmement efficace, facile et peu coûteux de lutter contre les maladies infectieuses. Il s’agit du chlorure de magnésium. On le trouve en vente à petites doses de 20 g sous sa forme chimique dans les pharmacies. Son goût « salé » n’est qu’un petit inconvénient par rapport aux avantages qu’il procure ! Il se révèlera efficace sans créer des souches résistantes comme le font les antibiotiques. Une angine, si elle est traitée dès les premiers symptômes, disparaîtra en 24 h. En cas de grippe, il peut-être utilisé également dès l’état nauséeux et le mal de tête.
Le chlorure de magnésium, n’intervient pas directement sur le virus ou la bactérie, il stimule le système de défenses, augmentant ainsi dès les premières heures la production des leucocytes (globules blancs) afin de juguler facilement son expansion.


Pour ma part je conseille le chlorure de magnésium naturel de Guérande qui contient un ensemble d’oligo-éléments intervenant pour leur part à la défense de l’organisme. Il se présente en paillette. Posologie : 2 c à café pour 1 litre d’eau.


A titre préventif ou quand on se sent « patraque » : deux verres par jour
A tire curatif dès les premiers symptômes : 2 litres à boire en trois jours, puis continuer à raison de deux verres par jour (pour un adulte)


Les proportions seront réduites selon l’age de l’enfant (3/4 pour enfant de 5 ans)


Déconseillé seulement aux sujets souffrant d’insuffisance rénale grave


Quelle que soit la maladie concernée vous ne risquerez jamais de vous tromper car ce traitement n’est pas anti-symptomatique, il ne masque pas les symptômes comme le font les médicaments (même ceux en dilution homéopathique !).


Il faut cependant observer une accélération tout à fait normale et transitoire de transit intestinal.


Le vrai progrès, c’est reconnaître et corriger ses erreurs vitales.

"LE MEDECIN SOIGNE, LA NATURE GUERIT"




Dans la nature les germes, les parasites se développent surtout dans les eaux croupissantes, les champignons ne poussent qu’en certains endroits et les algues toxiques apparaissent peu de temps après les grandes pollutions. Dans notre corps il se passe le même phénomène mais on ignore qu’il y a des stases, des endroits marécageux qui sont à l’origine de nos douleurs , de nos inflammations, un « terrain » qui attire les parasites et qui permet le développement de colonies de bactéries pathogènes. Quand les liquides organiques qui véhiculent l'énergie vitale sont "surchargés", quand les échanges cellulaires ne se font plus correctement , l’organisme s’affaiblit et devient la proie de « nettoyeurs », qui s’ils nous font souffrir, sont cependant des agents utiles de la Vie au sein de la nature qui, à tout instant, mue par l'Intelligence Créatrice, préserve son équilibre et son expansion

"Le terrain est tout" telle est la formulation lapidaire de Pasteur à la fin de sa vie voulant peut-être ainsi corriger son erreur (le microbe n’est pas la cause première mais la cause seconde), telle est l’affirmation de Claude Bernard, tel est le postulat en NATUROPATHIE. Les bactéries, les virus et les mycéliums (ex : candida albicans) ne peuvent déclencher bronchites, otites, sinusites, conjonctivites, laryngites, angines, etc. que lorsque la muqueuse de l'arbre respiratoire est saturée de mucosités (colles) , quant aux problèmes articulaires, ils sont principalement dus aux acides (cristaux).


Article réalisé par Alain HAUUY (paru en 2003 dans le N°45 du journal Entr'aide)

Lien : www.passeportsante.net/Fr/Accueil/Accueil/Accueil.aspx?source=logo-externe

Lien : http://multimediaprevert.free.fr/articles