Les astrophysiciens qui étudient les planètes extrasolaires, donc celles qui ne font pas partie du système solaire, mais qui gravitent autour d’autres étoiles, essayent de les caractériser. Parmi celles qu’ils découvrent ils pourraient bien, un jour, en trouver quelques-unes qui ressemblent tellement à notre Terre, qu’il serait bien possible que la vie s’y soit implantée et développée. Sachant qu’il existe dans notre seule Galaxie cent milliards d’étoiles, et dans l’Univers cent milliards de Galaxies, il devrait donc exister dix mille milliards de milliards d’étoiles et environ 10 fois plus de planètes. Et s’il n’y avait qu’une possibilité sur cent milliards que la vie y soit développée, il y aurait donc mille milliards de Terres habitées par la vie, ceci à différents stades de développement.

L’objet de cet article est d’imaginer qu’il existe, quelque part dans notre Galaxie, la Voie Lactée, ou même dans une autre galaxie, d’autres Terres peuplées d’être vivants, et sur lesquelles les espèces ont pu évoluer, certaines jusqu’à un stade avancé qui a permis le développement d’animaux variés, mais qui n’ont pas découvert une technique très avancée, et d’autres, au contraire où l’évolution des espèces a conduit à l’émergence d’être d’une très grande intelligence qui ont su maîtriser toutes sortes de technologies leur permettant une vie agréable, saine et pacifique. Imaginons donc qu’il puisse exister dans l’Univers trois types de Terres : la Terre des Hommes, ou Terre H, la Terre des Animaux, ou Terre A et la Terre des Supers hommes que j’appellerais les Sages, ou Terre S.

Peu importe que A ou S soient situées dans notre Galaxie à quelques dizaines ou milliers d’années lumières ou dans une lointaine Galaxie située à quelques milliards d’années lumières, nous n’avons, de toutes façons, aucun moyen de communiquer avec elles ni de les visiter. Il ne s’agit ici que d’un cas d’école, si tant est que ce raisonnement se fasse dans les écoles. Mais pourquoi pas ?

Ce qui est presque sûr, c’est que nos trois Terres sont faites de matériaux dont les atomes qui les constituent sont strictement identiques dans chacune d’elles ; mais ce dont nous ne sommes pas sûrs c'est que toutes les molécules qui sont constituées de ces atomes soient identiques, y compris les molécules de la vie comme l’ADN que nous connaissons sur H. Cependant, m’appuyant sur le fait que nous ne connaissons qu’un modèle pour la matière vivante, je suis obligé de supposer qu’il s’agit d’un modèle semblable sur A et sur S au moins en ce qui concerne la possibilité de reproduction et d’évolution de la vie avec l’émergence de l’intelligence. Peu importe si la vie a pris des formes diverses sur les autres planètes avec d’autres molécules. Après ces précautions préliminaires, ce sur quoi il est intéressant de réfléchir, c’est sur les interactions Terre/Vie.

à suivre...
La Terre A, Terre de l’équilibre naturel.
La Terre H, Terre des équilibres naturels menacés par l’homme.
La Terre S, Terre du respect de la Nature et de la Vie.