Formidable ! Elle était formidable cette coupe en cristal.
Elle scintillait dans la lumière et projetait des arcs en ciel.
Elle était belle, finement ciselée, faite pour tenir dans le creux de la main.
Juste un peu de temps pour garder frais son contenu.
Je la reposais souvent pour pouvoir l’admirer toute entière, dans ses formes harmonieuses.
Sitôt reposée, elle incitait à revenir y poser les lèvres pour boire un peu de son nectar,
Par petites gorgées pour faire durer ces moments précieux.

Un jour elle se brisa. Comme ça, brutalement, alors que je croyais la bien tenir.
Elle se brisa dans ma main et ses éclats me firent une profonde blessure.
Beaucoup de sang coula de la blessure, un flot ininterrompu qui dura des jours, des années.
Puis une cicatrice apparut, d’abord hideuse, puis plus petite.
Il en reste toujours la trace, après des décades.

Mais lorsque mon regard tombe sur cette cicatrice,
Elle ne me rappelle plus le moment de la coupure
Parce que ce moment toujours présent dans ma mémoire, je l’ai mis dans une cassette bien fermée.
Je l’ai enterré sous les deuils accumulés que la vie nous procure.

Ainsi, seuls demeurent accessibles les instants magiques où la coupe en cristal, toujours formidable dans ma mémoire, me procurait ce bonheur si formidable aussi.
Il ne faut penser qu’au bonheur passé.

Formidable ! Elle était formidable cette coupe en cristal.