Se regarder soi-même n’est pas chose facile.
Non pas dans un miroir ou fixant son nombril,
Car il faut bien sonder son moi le plus profond,
Sa conscience, son âme, son cœur, dans leur tréfonds.

Cela est difficile et nombres de pensées
Bouleversent souvent le chemin à tracer.
Il faut oublier tout, la vie superficielle,
Les souvenirs passés, les monts et les merveilles.

Même les sentiments et les ressentiments
Eprouvés hier encore et au moment présent ;
Rien ne doit perturber l’analyse secrète
De ses comportements, dans les peines ou les fêtes.

C’est seulement alors que pourra apparaître
Une image plus nette et plus vraie de son être,
Dans l’impartialité, oh combien nécessaire,
D’un juge objectif, sage et autoritaire.