Le contenu et le contenant.
Alain-Bernard Haïoun

Le contenant est-il connaissable par ce qu'il contient?

Une fourmi voit-elle le jardin dans lequel elle vit? Non puisqu'elle ne voit qu'à quelques centimètres. Ses yeux ne la guident que pour éviter des obstacles proches. Cependant, elle a une idée d'une surface de jardin beaucoup plus grande grâce à son odorat qui porte jusqu'à 45 mètres. Pour elle il n'y a rien de perceptible au-delà. Elle peut se déplacer au-delà et repérer à nouveau des phéromones intéressantes pour elle, mais elle se doit de retourner par instinct à la fourmilière, son univers s'en trouvera limité.

L'homme est capable de voir à l'œil nu un maximum de 3000 étoiles. Ses connaissances de la physique lui permettent une perception beaucoup plus grande par l'utilisation d'instruments comme des télescopes ou des radiotélescopes qu'il a pu concevoir et construire. C'est ainsi qu'il est capable de voir les lumières et les signaux électromagnétiques de l'Univers jusqu'à plus d'une dizaine de milliards d'années lumière de distance. Etant aussi capable d'en évaluer la vitesse des sources, il estime que la taille de l'Univers pourrait être de l'ordre de 45 milliards d'années lumière. Le problème est qu'il ne sait pas définir d'extérieur à l'Univers.

Mais, tout comme la fourmi qui ne sait pas ce qu'il pourrait y avoir au-delà de 45 mètres, l'homme ne peut pas non plus savoir ce qu'il y a au-delà de 45 milliards d'années lumière. La fourmi ne peut pas savoir dans quoi est contenu son jardin et l'homme ne peut pas savoir dans quoi est contenu l'Univers.

L'Univers serait le seul objet réel dont on ne sache pas définir de contenant.

La fourmi ne saura jamais définir les limites du jardin, l'homme ne saura jamais définir les limites de l'Univers. Pour définir, il faut d'abord pouvoir observer. Le reste n'est que théorie.

Mais l'homme a toujours cherché à augmenter sa capacité à observer plus loin, reculant toujours les limites de l'Univers.