Qu'est-ce que la vie?
Alain-Bernard HAIOUN – Février 2012


La vie, dans l'Univers n'est qu'un épiphénomène comme la formation de galaxies, la Lune ou les anneaux de Saturne. Elle nous parait exceptionnelle à cause de notre égo.


Tout se passe comme si la vie était apparue dans un train en marche, en génération naturelle, à la suite de hasards, sans pour cela que quiconque puisse dire où ce train l'emmène, sinon dans le four solaire. C'est ce qu'on pourrait appeler l'absurdité de la vie. Mais la vie qui émerge puis disparaît n'est pas plus absurde qu'une étoile qui naît et meure, ou que l'Univers lui-même. La vie trouve sa finalité en elle-même car on ne peut lui comprendre de finalité. Chaque être vivant a ses propres objectifs, ceux qui lui permettent de résister à la mort et de perpétuer son espèce. Ces objectifs sont la finalité naturelle des vivants.


Pour comprendre la finalité de l'Univers, il faudrait l'observer en dehors de lui, et pour comprendre la finalité de la vie, il faudrait l'observer en dehors d'elle. Mais on ne peut pas se situer en dehors de l'Univers car c'est le néant, et on ne peut pas se situer en dehors de la vie car il n'y a point de pensée. Par conséquent il est impossible de tenter de découvrir les finalités de l'Univers et de la vie. Mais on trouve un sens à sa vie dès lors que l'on oublie son égo et que l'on participe à son harmonie. L'empathie envers les vivants et la contemplation de l'Univers en sont les conditions nécessaires.


La vie est issue d'une longue suite de combinaisons évolutives de particules élémentaires dont les propriétés innées ont permis son émergence. Les vivants subsistent grâce à leur faculté innée de trouver leur énergie et leur nourriture dans leur environnement, les espèces survivent grâce à leur faculté innée d'autoreproduction et d'évolution.


Dans la vie des hommes, la spiritualité les distingue de la matière et des autres espèces. Son absence signifie le nihilisme et son abus, le fanatisme religieux. La plupart des humains se situent entre les deux. Sans spiritualité, il n'y a pas de morale et pas de vie possible en commun. Quant à la transcendance, qui fait éventuellement aller vers un Dieu, elle ne peut qu'être intuitive ou révélée, mais elle ne peut pas être démontrée.




<><><><>