Les trois « Oschterputz »







L’ Oschterputz , le nettoyage de printemps, ou précisément de Pâques, ne concerne pas uniquement la maison. Gérard Leser rappelle qu’il en existait deux autres : ceux du corps et de l’ âme.
Celui du corps se pratiquait le Jeudi saint ; il consistait à avaler des plantes dépuratives pour se nettoyer intérieurement.
Celui de l’âme avait lieu en ce dimanche de Pâques. « C’était le risus paschalis, le rire de Pâques ou s’Oschtergalachter, précise l’historien. Le pasteur ou le curé racontait une blague ; en riant, le fidèle chassait alors le diable qui s’était mis de travers dans les côtes, ce qui laissait la place libre pour le Christ ressuscité…