C'est complètement fou d'en arriver à ce stade ! Elle m'a mise au monde & à la place de l'amour, il n'y a plus que de la haine.

Je me sens reglisser lentement dans l'abîme de la dépression & JE NE VEUX PAS.

Toujours juger ... mettre la pression pour choisir à ma place ... essayer par tous les moyens de faire de moi un robot qu'on contrôle en tout point ... me faire payer à prix d'or mes résistances.

Non, je ne tenterai pas à nouveau de mettre fin à mes jours à cause de ça. C'est fini cette mauvaise période où je ne trouvais pas la force de lutter ... & puis, je dois tenir le coup pour Poupette.

Je me déteste pourtant aujourd'hui : le cerveau en vrac, mon sourire que je n'arrive pas à récupérer. Je déteste être l'ombre de moi-même & elle sait si bien le faire.

C'est de la folie de se rendre compte qu'à 30 ans, on est encore suivi par sa mère dès qu'on met les pieds dehors, qu'on ne peut toujours pas fréquenter ses amis comme on veut, qu'on n'a pas le droit à une vie intime ...

Je voulais pouvoir materner ma fille jusqu'à ses trois ans mais si ça continue, à force de prendre sur moi, je vais tout perdre.

Comment faire le chemin pour accepter de sevrer ma fille puisqu'il n'y a qu'ainsi que je pourrai être disponible pour un boulot ??????????? & est-ce que sa proposition tiendra encore quand je serai prête ??????????

J'espère que je n'ai pas encore tout fichu en l'air à espérer que je n'en arriverai pas au même point qu'avec mon père !