enfantjulia-4



Émerveillée,comme un enfant
par la pâleur des matins
la longue fuite des chemins

Épanouie,comme une fleur
que la caresse de ton regard effleure
qui vibre à la tiédeur de ton approche
et s'ouvre et s'offre.

Adorée,comme le galet rond
que la vague folle a tant roulé et poli
poli jusqu'à l'user
roulé jusqu'à le perdre.

Jalouse de la main
que tu poses sur les objets familiers
des sourires
que tu échanges

Egarée comme une feuille morte
Que le vent a trop ballotté
Si tu venais à m’abandonner

Je vis en toi mon amour.


Cornélia