Sur le pont...



Je l’ai trouvée sur le pont, elle allait sauter,

Un boulet à ses pieds, un bandeau sur le nez,

Ses lèvres murmuraient de courts mots silencieux

Elle semblait dire quelques sinistres adieux.



Je me suis approché et mis à côté d’elle

J’ai vu ses mains trembler, ses doigts étaient tout frêles,

Lui effleurant le bras, l’ai faite sursauter

Et je l’ai rattrapée : elle a faillit tomber



« Avec ce boulet, tu ne peux pas remonter.

- Mais c’est bien pour cela que je veux me jeter.

- Pourquoi les yeux bandés ? Regarde au moins ta mort !

- J’ai le vertige et peur de ce vide décor.

- Ce décor n’est pas vide, il est plein de couleur !

- Couleurs ténébreuses qui écrasent mon cœur.

- Ton cœur n’est écrasé que par tes propres ombres.

- Le soleil n’est plus là, c’est pour ça qu’il fait sombre.

- Il est juste caché par tes nuages noirs.

- Il n’y a pas de nuages, il n’y a plus d’espoir.

- L’espoir ne compte pas, il faut saisir la vie !

- Elle glisse entre mes doigts, et moi je glisse aussi.

- Ma main solide est là, elle peut te retenir.

- Je n’ai plus aucun rêve alors je veux partir.

- La vie est sèche, mais moins froide que cette eau !

- Je suis déjà gelée, je cherche le repos ».



Elle s’est tournée vers moi, m’a donné son bandeau

Et d’un geste léger, s’est jetée dans les flots.