Le Vent

Ecoute, écoute ! Il te murmure

Un doux secret

Parfum de mûre

Chanson mignonne, hymne d’été.

Sa mélodie,

Calme et légère,

Une envie forte te confie,

D’un vent sévère,

Pris de folie.

D’un air boudeur, tu le rouspètes,

Il te défie,

Mais la Tempête

Emporte vite ton avis.

Et la fureur

De sa vitesse,

Enviée des Dieux par son ardeur,

A toi, Déesse,

Elle te fait peur.

L’effroi est là, mais il est bon,

Et enivrant,

Images et sons,

Avec ivresse accélérant.

Folie éteinte,

Il se repose.

Et après la terrible étreinte,

Au creux du cou

Il te dépose

D’un tendre souffle et non pas fou,

Pour s’excuser,

Un doux baiser.