Le premier avril
ma vie sur un fil
balance et défile...

Alors m'apparaît
tout ce que j'aimais,
puis tous les regrets
du manque à jamais.

Ton sourire aimant,
tes yeux caressants
et la plénitude
de nos solitudes
s'entrelaçant.

Par bribes tu dis
les maux de ta vie;
et dans ma folie
je coule tes peines
jusque dans mes veines...

Là , dans ta douleur,
j'oublie même mes peurs.
Je rêve nos vies
dans un infini.

Fremyd