Je n'ai jamais eu de chambre personnelle, il a toujours fallu partager avec ma grand mère et ma soeur et encore avec ma soeur quand ma grand mère est partie. Mais ça n'avait aucune importance, je créais un endroit juste à moi dans le ou les greniers des maisons que nous avons habité. J'étais bien dans ces endroits calmes, isolés et un peu mystérieux. De vieilles malles regorgeaient d'objets désuets parfois cassés mais chargés de l' histoire des parents ou des grands parents: une ombrelle au manche d'ivoire, de vieilles chaussures, des livres un peu rongés par les souris.
Une grande caisse en bois m'attirait particulièrement. Elle appartenait à ma grand mère et il était absoluement interdit d'y toucher. Ma grand-mère avait toujours l'espoir de retourner vivre dans sa région natale à Fitou et gardait ses quelques objets personnels prêts à partir.
Dans ce grenier, j'avais aussi aménagé mon coin avec mes trésors: mes livres, mon embryon de collection de cartes postales, mes poupées sur quelques coussins. Plus grande, j' y avais même installé un lit que je n'occupais que l'été évidemment.