(ce texte à été retrouvé rayé par l’auteur)

 

A s’oublier soi même

Ne plus vouloir se regarder

Oublier son corps, le laisser aller

Et par la même son être tout entier

Il n’y a plus de futur possible

 

Laisser les gens s’amuser

De vos crotte de nez séchées

Qui pendent sous votre nez

Comme votre destin merdique

 

Dénigration totale de tout

Et pourtant envie de faire

L’habitude de ne plus faire
Fait oublier