Comment raconter sa nuit ? Une suite, une nuée de sensations qui flottent au petit matin et qui s’évaporent à mesure que le café coule et que les premières fumée vous envoûte.

J’étais dans une pièce avec Guillaume, Laurent et des filles. Une pièce sombre, avec une cheminée, un canapé et c’est à peu près tout, mis à part une grosse quantité de bouquins en tas autour du canapé.

J’étais dans la rue, je montais à des échelles dont les barreaux trop fins se tordaient et une fois arrivé à une certaine altitude je sautais en saut périlleux arrière. Je le fis plusieurs fois, et puis au bout d’un moment j’ai sauté en m’élançant d’une fenêtre sur un trampoline pour passer au dessus d’un mur où derrière se trouvait un car de CRS. Je leur lançais des bombes à eau remplies de lessive et m’enfuyais en courant.