Voici la préface et le texte 01 tiré de Pourquoi ne sommes nous pas bouddhiste. C'est un recueil de poésie et amas de pseudo philosophie. Bonne lecture.

 

 

 

 

 

 

Préface

 

 

 

J’ai envie d’écrire … et je l’ai fait.

 

Ecrire, l’écriture, acte magique !

Je ne sais pas où je veux en venir.

 

La première partie est un recueil de poésies que j’ai écrit à Avignon, pendant le festival 2004, excellent d’ailleurs (la ville). Si vous y allez, passez de ma part un grand bonjour à monsieur C., directeur du Crédit Agricole place Pie, c’est un ami d’enfance.

La deuxième partie répond à l’affirmation en couverture.

La troisième partie est un recueil de textes de jeunesse. J’accorde énormément d’importance au premier, intitulé : Les chasseurs des artistes, préambule à un conte philosophique.

Mes textes sont bruts. J’entends par là que je n‘ai rien corrigé, comme d’ailleurs tout ce que j’écris.

Ecrire, c’est  directement déposer à l’aide d’une bille sa pensée sur une page vierge de carnet à carreaux.

Ecrire à nouveau c’est corriger.

Pourquoi lire ce tissu ? Ne me reprochez rien, je peux tout justifier.

En dernière partie se trouvent réunies les expériences MRDV que j’ai réalisé à Avignon 2004.

 

 

Ne pas détailler c’est vous faire réfléchir.

 

 

 

 

 

 

Texte 1

 

J’ai envie d’écrire … sur le pouvoir du verbe.

 

Un mot, associé à un autre, puis à autre, peuvent avoir un pouvoir considérable.

 

Il faut apprendre les mots, car ils peuvent faire très mal. Ce n’est pas tant le son mais bien plutôt ce qu’ils cachent, qui peut, qui fait mal.

Un même mot peut renfermer tout les sens possible.

J’ai eu haï les mots, car je n’en connaissais pas leur valeur.

Lire et différent qu’entendre.

Il faut apprendre à lire.

Lire, c’est d’abord déposséder le mot de son sens.

Lire, c’est savoir le lui rendre.

Das is das lieben.

 

Je me branle sous ma tante.

J’écris dans mon lit, avec mon stylo, un critérium jaune et bleu.

Et je sors la tête, pour y voir plus clair, pour écrire plus confortablement.

Un téton à l’air,

Matant mon cône vert,

Et les drapés sont magnifiques.

 

Je fais l’amour.

 

Avec une page de petit carnet à carreaux.

Je joue aux cartes,

J’ai misé mon âme.

Sœur que tu es

Je t’aime.

 

Je ne fais que décrire mon environnement.

Je danse au milieu des gens

Avec ma bière, une 50 cl.

Dieu n’existe pas.

 

Pourquoi ne sommes-nous pas bouddhiste.

(Ou la volonté de ne pas le rester)

 

Poèmes et autres