"Une fois encore la guerre des pauvres a frappé au nord du Liban"
"qu’est-ce que t’appelles la guerre des pauvres ?"
"celle qui s’alimente du chômage, de la misère, de l’analphabétisme, de l’illettrisme, du confessionnalisme, du tribalisme, du clanisme..."
"est-ce à dire que c’est tout simplement l’Etat qui est absent ?"
"absolument pas... ça c’est l’argument repris en refrain jusques par les pauvres eux-mêmes"
"quoi alors ?"
"cet Etat existe... il faut arrêter de raconter des bobards aux gens..."
"je ne comprends pas... par définition, un Etat doit avoir comme tâche principale la garantie d’un bon fonctionnement de la société"
"mais ça fonctionne parfaitement bien... la guerre des pauvres a lieu régulièrement avec son cortège de destructions, d’exodes, de tués et de blessés..."
"l’Etat doit empêcher que les citoyens s’entretuent entre eux"
"il le fait... mais ceux-là, ils sont si pauvres, si démunis, si miséreux... qu’ils ne sont plus des citoyens"
"ce sont quoi alors ?"
"ce sont des membres de confessions, de tribus et de clans... à la solde de leurs chefs qui forment l’Etat en question, avec ses institutions, ses administrations, ses députés, ses ministres, et même son chef d’Etat !"
"pourquoi se résignent-ils à cet Etat des choses... pourquoi ne se rebellent-ils pas plutôt contre lui pour le transformer ?"
"la guerre qui les occupe ne leur donne pas le temps, ni les moyens, ni la perspective... de penser, d’envisager ou de construire un autre Etat..."
"je comprends"
"tu comprends quoi ?"
"la guerre qu’ils se font c’est leur façon d’être dans l’Etat actuel"
"c’est à peu près ça"
"pourquoi -à peu près- ?"
"la guerre qu’ils se font c’est leur façon d’être dans la société que gère cet Etat...."
"ah ouaiii... ce ne serait donc pas seulement l’Etat qu’il faut changer mais aussi la société ?"
"oui... il faut qu’ils réussissent à vivre ensemble"
"tu veux dire que pour l’instant, ils meurent ensemble ?"
"... !?"