Peu après la fin de la deuxième guerre mondiale, plusieurs des pays ravagés par la guerre n'étaient que ruines. Une des plus tristes scènes demeurait sans doute celle des orphelins qui , dévorés par la faim, déambulaient dans les rues de nombreuses villes plus ou moins détruites par la guerre.

Au lever du jour, un soldat retournait à ses quartiers  militaires londoniens. En tournant au coin d'une rue, il observa un gamin le nez collé à la vitrine d'une pâtisserie. Rongé par la faim, le petit garçon observait en silence chacun des mouvements du commerçant. Le soldat s'arrêta près du trottoir et se dirigea tranquillement près de l'enfant. A travers la vitrine couverte de buée, il pouvait voir les appétissantes bouchées toutes chaudes que le cuisinier retirait fu four. Le garçon se lécha les babines, alors qu'il observait le pâtissier disposer, avec grande précaution, les beignets frais et chauds dans le comptoir de verre fermé.

Saisi de compassion, le soldat lui dit : "Mon garçon, tu aimerais quelques-uns de ces beignets?" "Oh, oui ! J'en voudrais bien", lui répondit le gamin, consterné.

 Le soldat entra, en acheta  une douzaine, les plaça dans un sac et rejoignit le gamin qui attendait à l'extérieur en ce matin londonien froid et brumeux. Le soldat sourit, tendit le sac et dit simplement au gamin : "Tiens, voilà."

Comme il allait partir, le soldat sentit qu'on tirait sur son manteau. S'étant retourné, il entendit l'enfant lui demander doucement : "Monsieur, êtes-vous Dieu?"