(Voilà un poème que j’ai écrit en français. Il a gagné le second prix pour écriture en langue étrangère chez l’Université de Portsmouth et on l’a inclu dans l’anthologie ‘Tonguefreed’, un livre réalisé par l’Université de Portsmouth.)

Parlons la langue, avant qu’on ne la coupe

Par Derek Frost (mai 2007)

Voilà ma langue,

Elle n’est pas noire ni blanche,

Je n’en ai pas honte,

Elle indique ma culture et ma race,

Elle est toujours là, en tant que trace,

Parlons la langue, avant qu’on ne la coupe.

 

Voilà ma langue,

Est-ce que c’est un dialecte?

C’est quoi ça, un dialecte?

La moitié d’une langue, ou un tiers?

Tiers d’une langue pour le Tiers Monde,

Parlons la langue, avant qu’on ne la coupe.

 

Voilà ma langue,

Je n’en ai pas honte

Mais je parle la vôtre – ça, c’est clair,

Afin que vous compreniez,

Pourtant, vous ne comprendrez jamais,

Parlons la langue, avant qu’on ne la coupe.

 

Voilà votre langue,

Dont vous mesurez l’importance,

Elle est écrite dans le sang,

Ça nous rappelle le massacre,

L’esclavage, la torture et la haine,

Les Grands Empires, ils tombent,

Parlez la langue, avant qu’on ne la coupe!