> Le Président Sarkozy visitait une école primaire. Le professeur a demandé
>
> au Président s'il voulait bien mener la discussion autour du mot
>
> "tragédie".
>
> Alors l'illustre meneur demanda à la classe un exemple de "tragédie".
>
>
>
> Un petit garçon se leva et proposa :
>
> - Si mon meilleur ami, qui vit dans une ferme, était en train de jouer dans
>
> le champ et qu'un tracteur lui roule dessus et le tue, ce serait une
>
> tragédie.
>
> - Non, dit Sarkozy, ce serait un accident.
>
>
>
> Une petite fille leva la main :
>
> - Si un bus scolaire transportant 50 enfants tombait d'une falaise, et que
>
> tout le monde serait tué à l'intérieur, ça serait une tragédie.
>
> - Je crains que non, expliqua le Président. C'est ce qu'on appellerait une
>
> grande perte.
>
>
>
> Le silence se fit dans la salle. Aucun autre enfant ne se porta volontaire.
>
> Sarkozy chercha dans la salle.
>
> - N'y a-t-il personne ici qui puisse me donner un exemple de tragédie ?
>
>
>
> Finalement, au fond de la salle, un petit garçon leva la main...
>
> D'une voix calme il dit:
>
> - Si l'avion présidentiel vous transportant était frappé par un tir de
>
> missile ami et était complètement désintégré, ça serait une tragédie.
>
> - Formidable !, s'exclama Sarkozy. C'est exact. Et peux-tu nous dire
>
> pourquoi ce serait une tragédie ?
>
> - Eh bien, dit le garçon, il faut bien que ce soit une tragédie, car ce ne
>
> serait certainement pas une grande perte, et probablement pas un accident
>
> non plus !
>
>
>
>