A mes enfants,

Chers Hildita, Aleidita, Camilo, Celia et Ernesto, si

un jour, il vous arrivait de lire cette lettre, ce sera

parce que je ne serai plus parmi vous.

Vous ne vous rappellerez presque rien de moi et

les plus petits, rien du tout. Votre père a été un

homme qui a agi comme il pensait et, bien sûr, a été

loyal à ses convictions. 

Grandissez en bons révolutionnaires. Etudiez

beaucoup afin de dominer la technique qui permet

de dominer la nature. Souvenez-vous que la 

Révolution c'est le plus important et que chacun de

nous, seul, ne vaut rien. Surtout, soyez toujours

capables de sentir en vous même chaque injustice

commise contre votre prochain dans n'importe

quelle partie du monde. C'est la plus belle vertu d'un

 révolutionnaire.  

A toujours mes enfants, j'espère vous revoir

malgré tout. Un énorme baiser et un grand câlin de... 

 Papa.