FEUILLE MORTE

La feuille morte rouge
Que le vent porte au loin,
le vent et le balayeur,

--- sous le ciel éclatant elle tomba, ensanglante
avec les autres la rue ---

je l'imiterais bien. Par dégoût
des mots vains,
des visages sans lumière.

Mais ta voix, noble ami, me parle ;
fais que je ne tombe encore.

Umberto SABA