LE DESORDRE DES BOUSSOLES


Nous organisons l'ordre
dans le désordre des boussoles

Notre jeu est multiple au sein
de la contradiction des contrats

Le plein et le vide
ont des conversations
d'éboueurs de la lumière
sur le trottoir
de Ce-qui-s'approche

La nuit se rassemble
en une seule tour
comme un puits dans la hauteur
Les verbes irréguliers
deviennent réguliers
et nos conjugaisons sont secrètes
dans les rotations

Nous luttons avec les cercles
L'Unité a vendu son nom
aux horloges abandonnées
des marchés du temps

L'Un superpose les géométries
et les fontaines

Nous sommes
l'Entier et le non-Entier
l'Un-porté-vers-l'Autre
et l'Un-à-l'envers-de-l'Autre

Les engrenages
de la lumière font mourir la lumière

Nous avons conservé l'ordre
en un seul lieu

Quand on retourne le silence
les roues s'arrêtent de parler

Des bêlements
assiègent la lumière

La dispersion des bergers
arrache le vide
où nous dormons

Nous recréons la nuit

Les verbes réguliers disparaissent
dans la conjugaison suprême
des troupeaux

Nous contemplons
l'honneur des étoiles
même quand on ne les voit pas

Serge PEY