C'est l'effet de l'harmonica large
quand la basse est la plus profonde
il convient d'écouter le vent
son grondement sous les auvents

les arpèges du chardon
et l'alto des roselières
toi qui lit Schopenhauer
tu ne comprends rien à rien

promène-toi par les clairières
dissimulées de ton enfance
où dansent les fées les vauriens
et les fantômes chorégraphes

un jour tu chanteras faux
si justement que la lumière
s'attardera dans le roncier
autour de ton épitaphe

Jean-Claude PIROTTE