Une fois n'est pas coutume, je balance un article 360 ici... Ne sortez pas encore le pavois, j'ai pas dit que je m'installais ici... C pas encore gagné, c'en est même très loin...lol

Mais je tenais à vous le livre ici et là-bas, parce que le sujet est vraiment interessant. Il s'agit de quelques opinions perso sur l'affaire...

Pour la première fois depuis longtemps, j’ai passé la soirée devant la télévision hier. Elle me paraît tant insipide… Mais là, j’ai accroché dès le début. J’ai regardé ‘Faites entrez l’accusé’, d’Hondelatte, consacré à l’affaire d’Outreau. Peut-être certains d’entre vous étaient comme moi devant le poste hier soir. Qu’on aime ou pas cette émission, j’aime assez le décryptage qu’ils font des grandes enquêtes criminelles de notre société. Avec le recul, on comprend souvent beaucoup mieux les mécaniques qui ont articulé ces grandes affaires. C’est le cas pour Outreau, dossier obscur en diable, s’il en est.

 

Comme la France entière, j’ai suivi à l’époque ce dossier, convaincu inconsciemment de la culpabilité de ces gens que l’on décrivait comme des bourreaux sanguinaires. L’horreur des faits avoués allait croissant, jusqu’à ce que l’on découvre, en même temps que les journalistes, les visages de ces hommes, de ces femmes. Des traits en réalité très normaux, impossible de déceler la moindre once de perversité. Et des propos qui sonnent comme des prières, des suppliques adressés à nos magistrats…. Et surtout si convaincants. Déjà un doute qui éclot, et si tout le monde avait tout faux ?… Au fil des débats, de plus en plus de questions, sans réponse… Puis cette conviction que si j’étais juré d’assise dans une affaire similaire, je n’aurais pas pu me prononcer avec certitude sur leur culpabilité…

 

Plus tard, cette procédure d’appel, qui casse tout le dossier fantaisiste de Burgaud (excusez-moi, j’ai du mal à le dénommer ‘Juge’ Burgaud… Il est tout à fait à l’opposé de l’opinion que je me fais de leur rôle…). Le juge Burgaud justement… J’ai découvert bien tard son rôle dans l’histoire, et même son existence. Lorsque je l’ai vu lors de son audience à la Commission parlementaire, je suis resté stupéfait de constater que tout ce pandémonium reposait sur ses seules épaules ou presque… Il avait l’air d’un gosse pris en faute devant les députés… Un gamin tout juste sorti de l’école… Ces écoles de la magistrature, quel enseignement donnent-elles  à ces jeunes ? Leur inculquent-elles le sentiment d’impunité, celui d’un orgueil exacerbé qui place les magistrats au-dessus des citoyens ? J’ai appris hier soir que le CSM (conseil supérieur de la magistrature) a engagé des poursuites contre lui, et contre Lesigne, triste et pathétique procureur de la République de Boulogne. Ce qu’il risque, pour avoir brisé les vies de ces citoyens, avoir couru sur le compte du contribuable après des chimères, va du blâme à la révocation. Moi, salarié du privé, qui n’a pas fait des études longues, qui est faillible, en toute bonne foi, que m’arrivera-t-il si je commets une bourde avec des conséquences moindres ? Me laissera-t-on en poste, comme ce jeune juge (il est actuellement en charge de l’application des peines sur Paris) ? Un blâme, est-ce une sanction décente, pour des erreurs monstrueuses, une mauvaise foi inégalée ou presque, des emprisonnements arbitraires (sur la seule foi des délires fantasmagoriques d’une Badaoui dans son plus grand rôle de composition),  un décès entre les murs sales d’une cellule ?

 

Fabrice Burgaud est à mon avis un jeune homme qui voulait impressionner ses confrères, leur prouver qu’il avait la trempe d’un Van Ruymbeke. Commencer sa carrière sur une affaire d’une ampleur internationale à du lui fournir des rêves de gloire et de grandeur. Je pense qu’il a senti son affaire comme l’Affaire Dutroux à la française… Il est entièrement formaté sur le système éducatif de son école, c’est indéniable. Peut-être leur manque-t-il des cours d’humanisme et de lucidité… Je suis effaré lorsqu’on me répète qu’il a refusé à plusieurs reprises d’organiser des confrontations individuelles, qu’il a sciemment ou non orienté ses questions lors de ses interrogatoires avec Badaoui… Tout ceci au mépris du droit le plus strict de la défense…

 

Je ne suis pas expert des arcanes du monde judiciaire, loin s’en faut, mais je suis en droit de m’interroger comme tout citoyen de ce pays. Est-il coutumier de croire sans aucun début de preuve les allégations fantaisistes ne n’importe qui et de s’en servir pour bâtir les fondements d’un dossier d’instruction ? Est-il normal de disposer du pouvoir d’emprisonner des citoyens sur la seule base de ces allégations ? Est-ce inique de laisser les avocats de la défense sur la touche ? Le principe de présomption d’innocence ne doit-il pas prévaloir sur le reste ? Je vous laisse répondre…

 

L’affaire Outreau laisse planer un malaise sur l’héxagone. Chaque français a le goût de l’amertume dans la bouche. Ce qui est arrivé aux Godard, Marécaux, Lavier, Legrand père et fils peut nous arriver à tous, sur la foi que donne un juge dans les accusations d’une mythomane. Qui est prêt à payer le prix de 30 mois de prison, d’un honneur bafoué, et d’une vie détruite pour cela ? Pas moi, en tout cas… J’ai eu le sentiment d’être revenu à une période moins glorieuse de notre histoire, où des hommes et des femmes partaient en déportation sur la dénonciation d’un mari cocufié, d’un voisin jaloux, d’un concurrent…

 

Le travail nécessaire de la commission parlementaire aboutira-t-il ? J’en doute, comme son président le déclarait hier soir. Pour le moment, seules quelques mesures préconisées ont débouché sur une loi, la 185ème de réforme du système judiciaire depuis 1990. Il en découle la réforme de la carte judiciaire si décriée (à juste titre, d’ailleurs. Supprimer des conseils prud’hommaux reste hors sujet, à mon sens), l’enregistrement vidéo systématique des gardes à vue (encore peu appliquée, faute de moyens…). J’ai l’impression que nos gouvernants ont bénéficié d’un effet d’annonce sans pour autant une réelle volonté d’agir. Comme le soulignait plusieurs intervenants, l’absence de Rachida Dati ou de ses représentants sur le plateau, malgré l’invitation de France 2 en est un signe.

 

Je partage la conclusion qu’ils ont énoncée en fin d’émission. A travers ce que l’on raconte à la presse, qu’il nous relate tel quel, on se forge des opinions en oubliant le principe premier de notre justice, le pilier que l’on ne doit pas oublier… Celui que tout citoyen est présumé innocent d’un crime tant qu’il n’est pas jugé. Les époux Mac Cann, pour ne citer qu’eux sont déjà coupables d’avoir tué leur petite Maddie… Pour ma part, tant qu’aucune preuve ne sera avancée, ils seront innocents. Du sang dans la voiture ou la chambre ? Et alors… Ma gamine se blesse de temps en temps, elle perd aussi parfois du sang, mais elle est bien là. Comment peut-on imaginer une seconde étayer les hypothèses les plus farfelues sur cette base ??? Probablement, le juge là-bas, est un parent éloigné d’un Burgaud, au moins par la formation… Patrick Dils était le coupable idéal. Il a avoué après une garde à vue particulièrement longue, éprouvante pour un ado de son âge, le double meurtre de Montigny-les-Metz. Personne ne veut accepter le fait que cela se soit produit après la promesse d’un retour auprès de ses parents contre des aveux… Les questions étaient là encore orientées par un Commissaire persuadé de tenir son coupable… Combien de ces hommes, de ces femmes, hantent pour rien les couloirs de nos prisons ?

 

Enfin, j’ajouterais que la pédophilie est un crime horrible, une abomination qui me soulève le cœur. C’est un devoir de la combattre, mais sans pour autant faire n’importe quoi, et se lancer dans une chasse aux sorcières mal ciblée, et mal dirigée. Le travail de magistrat ne peut pas s’apprendre en quelques années les fesses sur les bancs de l’école. Si Burgaud avait été plus expérimenté, il aurait probablement pu discerner le faux du vrai…

 

Pour mémoire, les services sociaux ont eu des comportements abjects lors de cette période. Retirer la plupart des gosses de l’immeuble pour les protéger était d’une aberration sans borne… Mon voisin est incestueux donc on me retire mes gosses… Je tire mon chapeau au système… Pourri jusqu’à la moelle, certainement !!! Certains des anciens accusés n’ont toujours pas revu leurs gamins après l’affaire… A quel titre leurs gosses sont-ils toujours entre les griffes des Assistantes Sociales ? L’une d’entre elle expliquait qu’elle ne voyait ses frères à raison que d’une heure par semaine, et qu’elle n’a pas vu ses parents pendant plusieurs mois… Qui va réparer les dégâts provoqués dans l’esprit de ces mômes ? On a fait passer leurs parents pour tout et n’importe quoi…