Chaque automne, de drôle d'oiseaux se rassemblent dans le sud de la France.
Tantôt à Cannes, tantôt à Monaco ou à Imperia, ils finissent toujours leur voyage à Saint Tropez début octobre.

Vous l'aurez compris, ces oiseaux là sont des bateaux, et pas n'importe quels bateaux.
Plus beaux et plus pimpants chaque année, ils représentent à eux seuls un important patrimoine maritime et entretiennent la tradition de l'âge d'or du yachting.

Ces vénérables centenaires ont pour la plupart échappé aux vasières et à l'oubli grâce à des propriétaires fortunés qui, épris de ces légendes d'un autre siècle, les ont patiemment restaurés.
Grace à eux, nous pouvons encore voir naviguer les œuvres d'une poignée d'architectes talentueux dont les croquis ont dominé la conception navale de la fin du 19eme au début du 20me siècle.

Evidemment il s'agit d'un monde très fermé, d'une famille avec ses codes et ses histoires. Mais quand ils se retrouvent c'est un événement.
Tous ces gentlemen vont alors régater. Tirer le maximum de leur bateau. User de toutes les finesses pour aller encore plus vite, comme si le temps avait une réelle importance pour ces bateaux d'un autre âge.

Vous l'aurez compris, la régate n'est qu'un prétexte. Un prétexte à se retrouver et à faire naviguer ensemble des bateaux hors du temps.
Pour l'humble admirateur que je suis, elles sont un prétexte à de formidables escapades au bord de l'eau. J'en rapporte à chaque fois quelques clichés. Comme si moi aussi j'essayais à ma façon de perpétuer les traditions.