Je suis désolé mais je ne veux pas être empereur

Ceci n'est pas mon affaire

Je ne veux dominer personne

J'aimerai aider tout le monde :

les juifs et les autres, les blancs et les noirs

C'est dans notre nature de nous entraider

De vivre du bonheur, pas du malheur des autres

sans haïr ni humilier personne

Chacun a sa place en ce monde

Notre terre est assez riche

La vie peut être belle et libre, mais nous l'avons oublié

L'envie a empoisonné le coeur des hommes

A barricadé le monde de haine

A déchaîné le malheur et le carnage.

Nous avons inventé la vitesse pour tourner en rond

Nos machines nous ont laissés insatisfaits

Notre savoir nous a endurcis, nous a rendus cyniques.

Nous pensons trop et ressentons trop peu

Nous manquons d'humanité, pas de machines,

De douceur et de gentillesse, pas d'intelligence.

Sans ces qualités de coeur, la vie sombre dans la violence

L'avion et la radio nous ont rapprochés

Ces inventions devraient nous rendre meilleurs,

plus fraternels, plus unis.

En ce moment, ma voix atteint, dans le monde,

des millions d'êtres désespérés

Victimes d'un système qui torture

et emprisonne des innocents

Vous qui m'entendez, ne désespérez pas !

Notre malheur actuel est le fruit de l'avidité

et de l'amertume de ceux qui redoutent le progrès

Mais la haine disparaîtra, les dictateurs mourront.

Le pouvoir pris au peuple retournera au peuple.

Tant que des hommes sauront mourrir, la liberté vivra.

Soldats, n'obéissez pas à ces brutes

car ils vous méprisent, vous réduisent en esclavage

et dictent vos pensées

On vous traite comme des bêtes, comme de la chair à canon !

Ne vous donnez pas à ces êtres dénaturés,

à ces hommes au coeur et au cerveau de machine !

Vous êtes des hommes. Ni des machines ni des bêtes.

L'amour est dans vos coeurs, pas la haine !

Seuls ont de la haine les mal aimés et les pervers.

Luttez pour la liberté, pas pour l'esclavage !

Le royaume de Dieu et en l'homme dit l'évangile.

Pas dans un seul homme mais en chacun de vous !

Vous avez le pouvoir ! Celui de créer des machines,

celui de créer le bonheur

D'embellir la vie, d'en faire une merveilleuse aventure

Au nom de la démocratie, utilisons ce pouvoir !

Il faut nous unir, nous battre pour un monde nouveau,

Qui offrira à chacun l'occasion de travailler,

Un avenir aux jeunes et la sécurité aux vieux.

Par désir du pouvoir, on vous a tout promis

Mais ces brutes mentaient, leurs promesses sont vaines

Les dictateurs se libèrent en enchainant le peuple

Luttons pour que ces promesses se réalisent !

Luttons pour libérer le monde, pour renverser les frontières

Pour en finir avec l'avidité, la haine, l'intolérance

Construisons un monde de raison où la science

et le progrès nous mèneront tous vers le bonheur.

Soldats, unissons-nous au nom de la démocratie !

Hannah, tu m'entends?

Où que tu sois, lève les yeux

Les nuages se déchirent ! Le soleil apparait

Nous quittons les ténèbres pour la lumière

Nous entrons dans un monde nouveau et meilleur

Où les hommes vaincront la haine,

la cupidité et la brutalité

Regarde, Hannah, ! L'âme humaine a des ailes

et enfin l'homme s'élève !

Il s'envole vers l'arc-en-ciel, vers la lumière, vers la lumière, vers l'espoir,

vers l'avenir radieux qui nous appartient : à toi, à moi, à nous tous !

Regarde, Hannah, regarde.

_______

Discours prononcé en improvisation par un petit barbier juif devant le monde entier qui croit entendre Adolf Hitler.

______

Charles Chaplin LE DICTATEUR.