Au royaume des arrivistes, les aveugles sont rois.


Tôt ou tard, lorsque mes yeux s'ouvrent sur l'espèce de jeu qui a cours, où je me trouve engagé, se pose, inévitable, la question de ma participation.

La liberté libérale, ça n'est jamais que "la liberté de faire ce que je veux" - et d'interminables discussions ineptes sur les limites de cette liberté, comme sur le système politique qui y correspond.
Mais aucune société libérale n'a jamais garanti à personne de parvenir à trop en savoir sur ce en quoi son « je » pouvait bien consister. C'est là même un genre d'ignorance dont l'efficacité qu'elle chérit s'accommode très bien.
De fait, lorsque je me trouve faire quelque chose, ressentir la nécessité de me poser la question: « Qui suis-je, que fais-je, ou plutôt, que fait "je", et, le faisant, de quoi suis-je, ou plutôt, de quoi est-il l'agent ?» voilà qui réclame une toute autre sorte d'inquiétude.


L'idéalisme libéral est une tare dont aucune conscience ne se relève.


De quelle complaisance mollement attendrie, et opportunément aveugle; de quel attendrissement mollement complaisant, et aveuglément opportun, dois-je disposer à l'endroit du peu que je parviens à connaître de ma propre conscience, de mes propres actes, de leurs motivations et de leurs conséquences, et de ceux que requiert ne serait-ce que la simple nécessité de me maintenir en vie, pour parvenir à ne pas frémir d'épouvante à la pensée de tout ce qui, pour ne pas être humain, ne se trouve pas moins vivre sur cette planète, et irrémédiablement livré aujourd'hui au bon vouloir d'une telle conscience multipliée par sept milliards, livré au bon vouloir de ce peu d'humanité à laquelle celles-ci, ensemble, parviennent à atteindre !


Que le spectacle de l'horreur à laquelle contribue ma progression vienne à menacer seulement de la ralentir - et me voilà aussitôt menaçant la conscience que j'ai de la réalité de cette horreur.


Dans une société ne serait-ce qu'inégalitaire, et nous savons tous que celle que nous connaissons ne s'en tient pas là, la soif de comprendre et de connaître, poursuivie avec un minimum de conséquence, mène à se détacher très vite de la prétention à un hédonisme immédiat, et de l'inconséquence idéaliste qui la caractérise.


L'exigence de lucidité et d'honnêteté intellectuelle sont, dans la société présente, le frein le plus sûr à toute espèce de réussite et de consécration.


Les oeillères de la pensée coloniale sont parfaitement blanches.