C'est "pour ne laisser personne parler à leur place" que les citoyens élisent des représentants. La citoyenneté est le nom que porte l'espèce de surdité, très répandue en démocratie, qui rend cette criante contradiction inaudible.

De celui qui est prêt à tout entendre également, il ne sourd jamais rien.

Comme il est d'impétueux défricheurs d'impasses intellectuelles, il est d'autres infatigables qui se font une gloire d'en être ensuite les jardiniers.

Un authentique artiste, quoi qu'il fasse, se doit de ne jamais toucher à rien. Mieux encore, il peut venir se glisser entre celleux qui seraient sans lui peut-être parvenus à toucher à quelque chose, et la chose elle-même.

Toutes les églises datent de l'âge de Pierre.

La vieille
valeur travail, aujourd'hui usée jusqu'à la trame, ne se fatigue même plus à prétendre garantir à ceux qui subissent son règne le soin, le gîte et le couvert. Le Travail, le Mérite et ceux qui les vantent sont devenus paresseux, fainéants au point de ne plus être capables de garantir à personne qu'en échange de la vente de sa force de travail, il lui sera fourni ne serait-ce qu'un lieu, un espace où la reconstituer.



Genre, masculinité et hétérosexisme


L'hétérosexiste, c'est ce personnage qui, de la rencontre d'un ovule et d'un spermatozoïde, prétend déduire un code civil, un système hiérarchique, une civilisation.

Aurais-je eu le courage requis pour être une femme dans ce monde ? Pour y être noir ? Homosexuel ? (liste non exhaustive)

Bien des dominants ne parviennent à écrire leur haine des dominé-e-s qu'avec un grand A.

Autant l'idée même de l'hystérie n'a jamais rien recouvert de ce qu''elle a pu prétendre, autant il manque à la pensée actuelle un nom pour qualifier proprement cet ithyphallisme meurtrier caractéristique du masculinisme, qui se manifeste à chaque fois qu'un homme s'empare d'une arme et assassine sa femme, sa maîtresse, son amie, leurs enfants s'ils en ont - ou lorsqu'il s'en prend à une foule anonyme -, avant de se supprimer lui-même.
Faute de ce nom, ce caractère dramatiquement mortifère de la masculinité n'est jamais pensé. Et le caractère genré des "tueries inexplicables" et des "drames familiaux" - à plus de 90% les tueurs sont des hommes - passe toujours inaperçu dans la société patriarcale, hormis de quelques féministes radicales.