A présent à l’instar
d’un sombre tunnel
traversé sans l’aide
d’une main tendue,

je ne veux pas que tu
le traverses ainsi. Par
quel mérite, quelle
souffrance aussi tu
passes, et qu’au détour
d’une rue j’ai croisée
pour la vie entière. Là,
seul depuis si, à deux
doigts de passer par-
dessus, je me détourne
de ce dessein funeste
et m’offre, me consume,
quelque chose d’une
journée à séisme,

sans savoir si.
Je le fais pourtant
j’ignore au fond,
je le fais pourtant.

Pour que ces murs
crevassés s’
effondrent au
profit de.
Qu’ils s’effondrent
et nous laissent...