Tes coordonnées
géographiques,
je les retiens tout
doucement, aux
alentours immédiats
de la chair, ce profond
recueillement, brûlant
inestimable...Comme
privé des sources
mauvaises, de ce décor
noir, brisant les os comme
l’esprit. Mais tu resplendis
jusqu’aux combles de mes
pensées. De mes gestes
lisses, glissant sur...
Dans une effraction
délicate et sûre d’elle.
Emue à s’évanouir, mais
si déterminée à te
regarder, à rester en
ton fort...Et tout le reste
semble alors de trop. Les
brisures au fond
négligeables...Face à
ton corps sur un
plateau précieux, à tes
arrière-goûts échangés
contre les miens. Alors
souverainement
confondus...