A ce bord délicat
A peine effleuré.
Aux périls incompris,
Sauf de moi. Je me risque
A devenir pour toi,
Ce retour de flamme
Tant désiré, tant caressé.

A tes bords délicats
A peine dérobés
A tes ardeurs, aux
Limbes lentement
Dévoilés. Le sens d’
Une nuit proclamée
Contre nos malheurs.

Jours entiers de pensées
Et de chairs. Qui prolongent
L’explosion de nos corps
Figurations...Comme
Le passage où se noient
Les secours passés,
Rompus par des brisants
Qui faisaient glisser nos
Regards vers la mort.

Jours entiers de caresses
Illimitées, de renaître
Insaisissable...De voix
Cassées, de gestes
Résolus à la mort des
Apres combats. L’aspect
Simplement fougueux
De la vie. Que toute
Douleur s’épuise...