C’était comme

si les obstacles

devenaient in-

franchissables.



Ce corps physique

qui retourne à

son origine, le

tissu à sa pluie,

comme deux êtres

confondus. Disparus

dans cet alignement

étrange, que l’on

n’entretient plus.



Qui finit par noircir,

comme dans une

liturgie, dédiée à l

l’attente, aux habitants

invisibles, au refus de

se voir devenir.



Lorsque la vie

s’infiltre pourtant

entre les interstices

d’une façade, son

art de tromper,

d’irradier sa présence,



il ne reste qu’une

mémoire, propice

à la prière acide.