Au bord de la mer vagabondent des navires innocents couverts de plumes et d'ambre liquide. Sur les plages de sable bleu, les vagues lèchent le vent. Au bord du vent déambulent les sirènes d'un monde chimérique s'étalant sur l'océan des rêves. Au bord du rêve, le ressac entonne son monotone va-et-vient, et le bruit du vent valse avec le bruit des vagues. Des concerts de coquillages résonnent au loin, là-bas, quelque part où l'horizon se confond avec l'autre rive de la vie. Alors, assis sur le sable, je contemple mon rêve, qui vogue comme un enfant émerveillé au bord de la mer. 24 septembre 2013 (c) Bernard Fayet Shantidas