J'ai préféré la danse des anges au baiser du diable.
Si j'avais fait le choix inverse, j'aurais pu devenir immensément riche et terriblement puissant.
Les anges, eux, ne m'ont offert que le bonheur tout simple d'être.
L'argent et le pouvoir sont toujours sujets à un possible revers de fortune, et on vit dans l'angoisse de les perdre.
La simple joie d'être, elle, ne dépend de rien, d'aucune possession. Elle est donc libre d'être constante et éternelle.
C'est pour ça qu'entre la danse des anges et le baiser du diable, pour moi, y a pas photo !