C'est un banc sous un saule, simple endroit où s'asseoir
S'asseoir ou s'embrasser, écrire ou bien pleurer,
Pleurer sur le passé, d'un amour adoré
Adorer ces instants, où décline le soir

Soir d'été sous la lune, allongé sur ce banc
Banc qui t'a vu enfant, confident de toujours,

Toujours, rêver d'ailleurs, et pourtant tu chéris
Chéris l'endroit magique, où tu connus ta belle
Belle douce et unique, le saule comme ombelle
Ombelle protectrice de ces cœurs épris

Éprît de grands espaces, d'aventures sublimes,
Sublime ritournelle, d'un grand musicien
Musicien qui compose, l'air de rien, magicien,
Magicien sur un banc qui accueille mes rimes

C'est un banc sous un saule, simple endroit où s’asseoir
S'asseoir ou s'embrasser, écrire ou bien pleurer...

Dyane mars 2014