Le raid se termine aujourd'hui, jeudi à Layoune pour nous mais je me dois de vous raconter la journée de mardi que je qualifierai de « fracassante »
Départ de Saint Louis du Sénégal pour une étape de 500 Km qui se termine par un bivouac au nord de Nouakchott, capitale de la Mauritanie donc passage de frontière, 67 Km de piste dans le sable, 180 Km sur la plage et 240 de route : étape délicate comme l'a qualifiée Laurent au briefing! « La marée est basse à 14 heures mais comme il y a beaucoup de Km sur la plage, il faut « attaquer » la plage vers 12h 30, 13 heures pour passer sans problème ».
Nous voilà partis un peu stressés, nous, on arrive sur la plage en se perdant une fois dans les dunes mais sans « plantage » et sans problème à la frontière. Ouf ! On décide de se lancer à midi et demie, la mer descend. Pas mal au départ, c'est même grisant, on se dit « à cette vitesse, dans deux heures et demie on est sur le goudron ». Que nennie ! D'abord on apprend qu'un équipage est planté, en panne dans les dunes et ne peut redémarrer, c'est moche pour eux et tout à coup un 4X4 qui vient de nous doubler sur le bord de mer disparaît dans une immense gerbe d'eau: il vient de faire un tonneau! Quand on arrive les occupants sortent du véhicule qui est sur le flanc, heureusement sans une égratignure mais tout est cassé: la tente de toit gît sur le sable, le 4X4 est explosé de toutes parts et l'intérieur est rempli d'eau. Désolant! Et il faut faire vite quelque chose sinon tout part avec la marée!!!!.Avec le treuil que possède Daniel tout le monde s'active et réussit à le remettre sur les roues puis à le tirer sur le sable. Alors on décide de repartir car la marée...risque de remonter. Loin d'être accueillante la plage se transforme en montagnes russes de sable dur même très dur « aux fesses » je peux vous l'assurer! Et ce, pendant 120 Km. Alors on décide de quitter la plage car les traces des précédents disparaissent dans l'eau et la voie se rétrécit trop. On trouve le goudron sans mal, il reste encore 240 Km, il est 17h30.
On roule de nuit et là on apprend à la radio qu'un équipier est pris en sandwich par deux autres véhicules car il n'a plus d'éclairage. Arrêté à un des innombrables postes de police on refuse de le laisser repartir. Cela continue, c'est la série!
Nous, on atteint le bivouac vers 20 heures parmi les premiers et je peux vous affirmer que le champagne de Daniel fut apprécié! Au cours de cette journée « à rebondissements »on a réalisé que le raid reste une vraie aventure!
PS des nouvelles des sinistrés:
Le véhicule aveugle a quitté le poste de police grâce à l'intervention d'un des mécano du raid
Le land rover est resté bloqué dans les dunes toute la nuit et tracté le lendemain jusqu'à Noauckchott, il a redémarré! Et avec un peu de chance quand même: les collègues ont rencontré par hasard LE réparateur Rover du coin. Ils sont en train de remonter vers le Maroc
Le véhicule accidenté a redémarré, a parcouru une centaine de Km puis a refusé d'avancer. Il a été tracté jusqu'à la frontière marocaine et ce matin le propriétaire tentait de joindre son assurance sur un de nos téléphones car le sien a pris un peu l'eau.....