Toi si loin


Toi, si loin, moi si seul, ombre dans mes parages,
Je rêve et je souris souvent à mes mirages.
Immense est mon attente aux portes de la nuit
Qui s'ouvrent sur mon cœur que ton amour a fui.

Reviens Leila au nom du ciel et des étoiles
Notre destin grandit, sage, il nous dévoile
Le chemin des clartés et l'axe du bonheur
Reviens de ces pays, ô pénible fleur !

Nous irons où tu veux, vers des îles lointaines
Vers des profonds déserts ou vers des vertes plaines
Vivre notre passion, voluptueux plaisirs,
Telle un fleuve infini charriant nos désirs.

Reviens, une aube d'or nous attend impatiente
Elle égoutte son parfum, heureuse, souriante
Et nous dit, je l'entends : passez ô amoureux
J'ai enfoui vos douleurs, soyez mes bienheureux